YASMIN POPPENREITER: L’étoile „glissante“

Maîtriser une glisse à moto est un plaisir ultime. La sensation que cela produit est à la fois insensée et inexplicable“ Le flat-track est sans doute le jardin d’Eden de la jeune pilote autrichienne Yasmin Poppenreiter depuis quelques années. Les courses sont rudes, mais il souffle une jolie brise de convivialité sur les épreuves. Les champions parfois un peu sacralisés, sont relativement décontractés, à l’image de l’ambiance générale dans les paddocks. Tout le monde se connaît et se respecte et les performances plus qu“honorables de Yasmin l’ont préservé et la mettent à l’égal des hommes. Yasmin n’a jamais hésité à se confronter aux garçons, en dépit du désavantage physique certain dans une discipline aussi dure que le motocross. Respect !

„Votre expérience de femme pilote est elle différente de celle d’un homme“ ?
Je ne crois pas. Quand on commence un sport, c’est la même approche pour tous. Au contraire, la différence, quand vous êtes une fille et que vous commencez à faire des résultats, c’est que ça se remarque davantage. Je suis une femme qui pilote une moto comme les autres et vite. Je n’ai jamais eu de problème.

Photos: Kurt Pinter/RobertoTomba/DR

Pilote atypique, Yasmin Poppenreiter a goûté au motocross, au supermotard avant de s’orienter plus tard vers le flat-track sous les conseils d’un ami. Même si elle n’est pas passée inaperçue dans les courses de supermotard, la belle brune a de suite adopté cette discipline exigeante ou la glisse est le maître mot, qui convenait mieux a ses qualités. Piquée dans sa curiosité, la jeune femme s’est lancée dans cette discipline spectaculaire et intense. Avec un entraînement assidu, elle s’est vite habituée à se passer du frein avant sur sa moto et crescendo, les résultats furent au-delà de ses espérances. Cette rapide ascension ne doit cependant rien au hasard : comme toutes les jeunes filles, rien ne prédestinait Yasmin Poppenreiter à s’immerger avec autant d’intensité et de sensibilité dans cet univers motard. Une passion venue dès l’enfance à 5 ans suite à un premier contact avec une petite moto en fin des années 90 grâce à son père. Elle en ressort conquise par la moto, mais aussi sonnée par tant liberté qui s’offre à elle. La suite, la propulse vers ce loisir typiquement masculin, Yasmin enchaîne, s’enracine et fournit un travail au long cours sans cesse dès qu’elle en a l’occasion. Quelques années plus tard, elle s’engage dans des compétitions de motocross et de supermotard avec des résultats très probants en junior dont des victoires pour terminer à la troisième place du championnat autrichien de la discipline. Par la suite, elle se consacre entièrement au supermotard en développant dans cette discipline mi-terre/mi asphalte des qualités hors normes pour une fille, qui s’avéreront fort utiles en flat-track .
« Je ne peux pas l’affirmer, mais je crois que cela m’a servi à progresser assez vite en glisse », lâche Yasmin qui vit la moto comme une religion.

Flat-track attitude

Une discipline qu’elle découvre il y a 5 ans par le biais de son ami Hanson Schruf qui la pousse à s’entraîner afin qu’elle teste le flat-track en compétition. C’est avec une KTM 450 configurée, qu’elle se lance dans le grand bain. Si les débuts ne furent pas très convaincants, la viennoise s’accroche, analyse ses revers et revient à chaque fois avec des intentions de „winneuse“ jusqu’au déclic. Depuis, en à peine trois années, elle est devenue une figure incontournable du flat-track, avec une progression inouïe. Fidèle à la marque autrichienne KTM , elle et sa machine sont classées constamment dans le tiercé de tête des championnats autrichiens et tchèques dont un titre de Champion autrichien de flat-track 2017 devant tous les hommes. et dans le top 10 du Championnat du Monde FIM de flat-track , et ce, en étant souvent la seule femme en course… Cette année, elle termine dauphine du leader Hanson Schruf lors du championnat autrichien de flat-track.
Donc, tout est encore ouvert pour l’ambitieuse Yasmin Poppenreiter de 24 ans. Elle encourage les femmes et les hommes à dépasser le stéréotype de l’homme pilote et, comme elle le dit si bien, « quand vous montez sur une moto, peu importe à la moto si vous êtes une femme ou un homme ». Pour la suite, Yasmin Poppenreiter espère continuer sa progression, marquer les esprits et pourquoi pas quelques courses dans la Mecque du flat-track au USA. Un rêve peut-être pas si lointain pour cette championne d’exception…

Photos: Kurt Pinter/RobertoTomba/DR

Photos: Kurt Pinter/RobertoTomba/DR

YASMIN POPPEN/REITER: The „slippery“ 

„Mastering a ride on a motorbike is an ultimate pleasure, the sensation that it produces is both foolish and inexplicable“ The Flat Track is undoubtedly the Garden of Eden of the Austrian pilot Yasmin Poppenreiter in recent years. The races are rough, but it blows a nice breeze of conviviality on the tests. Champions sometimes a little sacred, are relatively casual, just like the general atmosphere in the paddocks. Everyone knows and respects each other and Yasmin’s respectable performances have preserved her and put her on a par with men. Yasmin has never hesitated to confront boys, despite the physical disadvantage in a discipline as tough as motocross. Respect!

„Is your experience as a female pilot different from that of a man“?

I do not believe. When you start a sport, it’s the same approach for everyone. On the contrary, the difference, when you are a girl and you start to make results, is that it is more noticeable. I am a woman who drives a bike like the others and quickly. I have never had a problem.

Atypical pilot, Yasmin Poppenreiter tasted motocross supermotard before moving later to the flat-track under the guidance of a friend. Even if she did not go unnoticed in supermotard races, the beautiful brown has adopted this demanding discipline or slip is the key word, which best suited her qualities. Stung in her curiosity, the young woman embarked on this spectacular and intense discipline. With a hard training, she quickly got used to do without the front brake on his bike and step by step, the results were beyond his expectations. This rapid rise, however, nothing to chance: like all girls, nothing predestined Yasmin Poppenreiter to immerse themselves with as much intensity and sensitivity in this world biker. A passion from childhood to 5 years following a first contact with a small motorcycle in the late 90s thanks to his father. It comes out conquered by the bike, but also sounded by the freedom that is offered to her. The sequel, propels it towards this typically masculine leisure, Yasmin connects, takes root and provides a long-term work constantly as soon as it has the opportunity. A few years later, she entered motocross and supermotard competitions with very convincing results in junior including victories to finish in third place of the Austrian championship of the discipline. Subsequently, she devotes herself entirely to the supermotard developing in this discipline mid-ground / mid asphalt qualities out of the ordinary for a girl, which will prove very useful in flat-track.
„I can not say it, but I think it has helped me to progress fast enough to glide,“ says Yasmin who lives the bike as a religion.

Flat-track attitude

A discipline she discovers 5 years ago through her friend Hanson Schruf who pushes her to train so that she tests the flat-track in competition. It is with a configured KTM 450, that it launches into the big bath. If the beginnings were not very convincing, the Viennese clings, analyzes its setbacks and returns each time with intentions of „winneuse“ until the click. Since then, in just three years, she has become a key figure in the flat-track, with incredible progress. True to the Austrian brand KTM, she and her machine are consistently ranked in the top three of the Austrian and Czech championships including a title of Austrian flat-track champion 2017 in front of all men. and in the top 10 of the FIM flat-track World Championship, and this, being often the only woman in the race … This year, she finished runner-up of the leader Hanson Schruf during the Austrian flat-track championship. So, everything is still open for the ambitious Yasmin Poppenreiter 24 years old. She encourages women and men to go beyond the stereotype of the male driver and, as she puts it so well, „when you ride a motorcycle, it does not matter if you are a woman or a man“. For the rest, Yasmin Poppenreiter hopes to continue his progress, to make an impression and why not some races in the flat-track mecca in the USA. A dream maybe not so far for this exceptional champion …

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*