Sir Sean Connery : „My name is Bond, James Bond“

Sir Sean Connery, l’acteur écossais surtout connu pour son interprétation de James Bond, est décédé aux Bahamas à l’âge de 90 ans, paisiblement dans son sommeil, après avoir lutté contre la maladie depuis un certain temps». Admiré par toutes les générations de cinéphiles comme l’original et le meilleur 007, il a contribué ensuite à se distinguer dans de grands films tels que L’homme qui serait roi, Le nom de la rose, Les Incorruptibles et bien d’autres œuvres…

Né Thomas Sean Connery en 1930, il passe sa jeunesse dans le difficile quartier de Fountainbridge à Édimbourg. Peu enclin aux études, il l’école à 14 ans pour travailler comme laitier pour la coopérative de la ville. En 1948, il s’engage et rejoint la Royal Navy, et pendant son séjour, il se fait faire deux tatouages : “ Dad and Mum “ et “ Scotland forever „. Mais au bout de trois années, il doit être rapatrié à cause d’un ulcère de l’estomac. Il est ensuite libéré pour raisons médicales. Sportif accompli, il joue au football dans une équipe écossaise, et ses bonnes prestations lui valent d’être remarqué par le manager de Manchester United lors d’un tournoi dans la ville, lequel lui fera une proposition, en vain. Il fait également de la musculation tout en multipliant les emplois, maçon, livreur, maître-nageur, vernisseur de cercueils, modèle pour les artistes de l’École des Beaux-Arts d’Édimbourg…

Photos: Anwar Hussein/Getty Images/Isopix/Jean-Louis Atlan/Rex/Sipa/Abaca/Studiocanal/DR

Il participe aussi au concours Mr Univers en 1950, bien qu’il n’ait pas gagné (3e), Sean Connery a profité de son concours à Londres pour y faire une audition pour la version scénique de South Pacific décrochant par la suite un petit rôle. Sa carrière d’acteur a ensuite décollé : d’abord dans le théâtre de représentation, puis dans de petits rôles lors d’émissions de télévision, telles que Dixon of Dock Green et The Jack Benny Program. Son premier rôle de film crédité est arrivé en 1957, ou il joue un voyou dans le thriller britannique No Road Back. Cependant, c’est la version anglaise de Requiem pour un champion de Rod Serling diffusé sur la BBC qui lança l’écossais grâce à son jeu d’acteur dans la peau d’un boxeur face à la fin de sa carrière sur le ring. Dès lors, son profil cinématographique a augmenté en conséquence, avec des rôles de soutien dans Hell Drivers, un thriller de conduite de camion avec Stanley Baker, et Action of the Tiger, réalisé par Terence Young, qui retrouvera Sean Connery plus tard avec le film Dr No. Cette même année, Sean Connery décroche également un rôle substantiel dans le mélodrame de guerre Another Time, Another Place face à Lana Turner, alors énorme star hollywoodienne.

Photos: Anwar Hussein/Getty Images/Isopix/Jean-Louis Atlan/Rex/Sipa/Abaca/Studiocanal/DR

En 1961, le London Express organise un concours afin de trouver un acteur original pour le rôle de James Bond, l’agent 007, sorti de l’imagination de l’écrivain à succès Ian Fleming. Il remporte le concours devant six cents candidats (dont David Niven, James Mason et Cary Grant), et va incarner le héros durant 7 épisodes, 6 seront produits par EON, la société d’Albert R. Broccoli, et le septième par Warner Bros. Le créateur de James Bond, Ian Fleming, émet des réserves sur le choix de l’acteur. Une réticence à l’idée dont Sean Connery joue son personnage, du fait que l’acteur écossais n’a pas le profil qu’il recherche. Trop grand, il était à ses yeux un « cascadeur brusque » qui n’était pas assez raffiné pour le rôle. Mais ce dernier le fait mentir et il fut tellement impressionné par sa performance qu’il a créé une ascendance écossaise pour le personnage dans ses livres ultérieurs.
Ian Fleming a écrit son premier James Bond, Casino Royale, en 1952. Ce fut un succès, trois tirages ont été effectués pour faire face à la demande. Onze romans de James Bond ainsi que deux recueils de nouvelles ont suivi de 1953 à 1966.
Il a écrit 14 volumes des aventures de James Bond qui ont toutes été portées au grand écran. Sean Connery a joué James Bond dans 7 films : Dr No (1962), From Russia With Love (1963), Goldfinger (1964), Thunderball (1965), You Only Live Twice (1967), Diamonds Are Forever (1971) et Never Say Never (1983).

Photos: Anwar Hussein/Getty Images/Isopix/Jean-Louis Atlan/Rex/Sipa/Abaca/Studiocanal/DR

Il avait pourtant quitté le rôle après You Only Live Twice, frustré par les intrigues répétitives, mais a résigné après que son successeur australien George Lazenby n’ait pas réussi à obtenir la faveur du public. Son statut de star considérablement accru lui a également permis de sortir de son rôle d’espion avec notamment le thriller psychologique d’Alfred Hitchcock, Marnie, et le drame de prison militaire The Hill réalisé par Sidney Lumet.  

Résurrection dans le film Le nom de la Rose et oscarisé avec Les Incorruptibles 

En 1985, Sean Connery fut le choix difficile de Jean-Jacques Annaud pour incarner le rôle principal du moine Guillaume de Baskerville dans son film Au Nom de la Rose. L’acteur écossais y est formidable et décroche même le Bafta du meilleur acteur.
Vers la fin des années 1980, après une période poussive, sa carrière va être relancée avec le film Les Incorruptibles. Son rôle de policier irlandais coriace lui a valu l’Oscar du meilleur second rôle. Cette année-là, les acteurs américains futurs lauréats des Oscars, Morgan Freeman et Denzel Washington ont également été nominés dans la catégorie.
Par la suite, il incarna le père d’Harrison Ford dans le 3e opus de la franchise extrêmement populaire Indiana Jones.
Sean Connery avait la particularité d’exiger des honoraires énormes ce qui lui forgea une réputation de négociateur de contrats impitoyable. Il détestait l’idée d’être manipulé par l’industrie cinématographique et était régulièrement impliqué dans des poursuites judiciaires.
Les années 1990, le cale dans de belles performances avec The Hunt For Red October (1990), Dragonheart (1996) et Haute-Voltige (1999) avec l’actrice galloise Catherine Zeta-Jones, qu’il a lui-même produit.

Photos: Anwar Hussein/Getty Images/Isopix/Jean-Louis Atlan/Rex/Sipa/Abaca/Studiocanal/DR

Considéré comme un ancien homme d’État de l’industrie cinématographique, il est anobli par la reine Elizabeth II, au château de Windsor en 2000. Un honneur qui aurait été retardé de quelques années à cause de son soutien vocal au Scottish National Party (SNP).
En effet, tout au long de sa carrière, Sir Sean Connery n’a jamais caché son soutien à l’indépendance écossaise et est devenu un membre de premier plan du parti national écossais, prenant part aux émissions politiques du parti dans les années 1990 et apparaissant aux côtés du leader de l’époque Alex Salmond.
Sir Sean Connery s’est marié deux fois: d’abord à l’acteur d’origine australienne Diane Cilento entre 1962 et 1973, puis à la peintre française Micheline Roquebrune en 1975. Il laisse dans le deuil Jason, son fils qu’i a eu de sa première union.

Daniel Craig actuellement 007 lui rend un bel hommage : „Sir Sean Connery restera dans les mémoires sous le nom de James Bond et bien plus encore. Il a défini une époque et un style. L’esprit et le charme qu’il dépeignait à l’écran pouvaient être mesurés en mégawatts ; il a aidé à créer le blockbuster moderne. Il continuera à influencer les acteurs et les cinéastes pour les années à venir. Mes pensées vont à sa famille et à ses proches. Où qu’il soit, j’espère qu’il y a un terrain de golf.“

Photos: Anwar Hussein/Getty Images/Isopix/Jean-Louis Atlan/Rex/Sipa/Abaca/Studiocanal/DR

 

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*