NIKI LAUDA: une vie calculée pleine de courage de de défis… irremplaçable !!.

Icône, grand champion et acteur principal de la Formule 1, l’ancien pilote autrichien Niki Lauda s’en est allé dans son sommeil dans une clinique suisse où il a été hospitalisé en raison de problèmes rénaux. Immortel, calculateur et toujours battant, ses réalisations uniques en tant qu’athlète et entrepreneur sont et resteront inoubliables. Il est considéré comme l’un des meilleurs pilotes de l’histoire de la Formule 1, un dur au mal, bref un vrai gladiateur.

La première image qui restera gravée à vie, montre  en plein Grand-Prix de Formule 1 en 1976 sur le circuit du Nürburgring, un pilote dans son cockpit en flammes, impuissant entrain de brûler vif pendant plus d’une minute, avant d’en être extrait par trois autres pilotes. Considéré comme mort par tous et ayant même reçu l’extrême onction dans son lit d’hôpital, le champion du monde autrichien a surmonté tout seul cette épreuve. Pourtant les médecins furent  unanimes, „Nous ne pouvons rien faire. Le problème n’est pas les brûlures, mais la fumée qu’il a respirée. Le gaz expiré l’a brûlé, s’il veut vivre, il doit le faire et doit rester éveillé et se battre.“ Des mots en tête, prononcés pendant qu’il était là, en équilibre entre conscience et état comateux.

Six semaines après avoir reçu l’extrême onction sur son lit d’hôpital, contre toute attente, il remonte dans le baquet de sa Ferrari 312 T2 et après seulement quelques tours d’essais à Fiorano, les médecins lui ont permis de reprendre la compétition au Grand Prix d’Italie en dépit de la souffrance incommensurable ainsi que de graves lésions au visage. Niki Lauda est à Monza. Un retour précoce assez dérangeant dans le paddock mais qui force le respect. Le pauvre pilote souffre beaucoup des oreilles dont les cartilages sont à vif, en outre son casque a été adapté et rembourré afin de lui atténuer les douleurs. Mais Niki perd beaucoup de sang. Les blessures ne l’ont pas abandonné, Le sang imprègne son visage sur la grille, mais le pilote rescapé est là pour chasser ces flammes à jamais, les inondant de courage. Cinquième des essais qualificatifs et surtout premier des Ferrari au grand dam de ces deux coéquipiers. Une course, une fatigue omniprésente l’oblige à se surpasser, il retrouve tous les automatismes, il se débloque avec cette vista de champion revenue. Il terminera cette course au pied du podium salué par ses pairs dont Jackie Stewart qui le trouve « extraordinaire »

Photos: E. Di Baia/AP/SIPA/AssociatedPress/Bernard Cahier/GettyImages/Picture Alliance/EPA-DPA/AFP/DPPI/WRI2

Le constructeur Italien Ferrari, par le biais du Commendatore Enzo Ferrari est perplexe sur ce retour surtout qu’il avait pris ses dispositions en recrutant le pilote argentin Carlos Reutemann pour le supplanter en tant que coéquipier du deuxième pilote de l’équipe, le suisse Clay Regazzoni pendant ces heures frénétiques dans lesquelles personne n’aurait peut-être parié un sou sur sa vie. Selon les experts : „Le cerveau d’un pilote de Formule 1 ou de moto est différent. Il n’y a aucune trace d’accident, même s’il est presque mortel. La peur et le danger disparaissent dès que vous reprenez le volant ou le guidon. Une abstraction de ces pensées négatives qui les façonne dans la performance mais aussi dans le risque“ Du coup, trois Ferrari sont en lutte pour empêcher le britannique James Hunt de décrocher le titre suprême. Un titre mondial à défendre et à reconquérir, une fierté qui relègue son psuedo joker argentin Carlos Reutemann en simple spectateur. À ce jeu là Niki Lauda figure toujours en tête du classement avant le dernier Grand Prix, sur le circuit du Mont-Fuji au Japon. Une course qui se déroule sous une grosse averse, qui ne plait pas du tout au champion sortant  lequel ne parcourt juste deux petits tours avant de rentrer au stand pour abandonner. Son rival anglais James Hunt se classe troisième de cette course dans le dernier tour et par voie de conséquence remporte le titre de champion du monde pour un point de plus que Niki Lauda. L’année suivante, tout le monde est unanime pour le pilote rescapé qui parvient à conquérir un deuxième titre suprême avec la Scuderia Ferrari. Toutefois quelques divergences le font quitter l’illustre écurie pour signer avec l’écurie Brabham Alfa Romeo de Bernie Ecclestone pour deux saisons. Il décide ensuite de stopper sa carrière de pilote de formule 1 pour s’occuper à temps complet de sa compagnie aérienne.

Aviateur et homme d’affaires

Passionné d’aviation, il avait lancé à la fin des années 70 la compagnie aérienne Lauda Air qu’il cédera à Austrian Airlines en 2000. Trois ans plus tard, il lancera la compagnie aérienne low-cost flyNiki qu’il revendra à Air Berlin en 2011. Pilote de ligne et pilote privé, Niki Lauda était client de longue date de Bombardier et ambassadeur de la marque dont il possédait plusieurs jets d’affaires : Challenger 300, Global 5 000, Global 6 000 et Global 7 000. Nostalgique de la course automobile, il retrouvera les circuits dès 1982, au volant d’une McLaren avec laquelle il conquiert en 1984 son ultime titre mondial devançant le pilote français Alain Prost d’un demi-point. Le 26 mai 1991, le Boeing 767 assurant le vol Lauda Air Bangkok-Vienne s’écrase après le décollage avec 223 personnes à bord en raison d’un défaillance technique structurelle de l’avionneur Boeing, il n’y a aucun survivant. Un drame pour le pilote et homme d’affaires qui a tenu à s’occuper lui-même en personne de l’enquête sur ce drame dont il garde aussi des traces indélébiles. Les traitements médicamenteux qu’il reçoit depuis son grave accident de course au Nürburgring en 1976, lui ont tellement détruit les reins qu’il a dû recevoir à deux reprises une greffe de rein issue de donneur vivant dont celui de son propre frère en 1997 et de sa deuxième femme en 2005.

Photos: E. Di Baia/AP/SIPA/AssociatedPress/Bernard Cahier/GettyImages/Picture Alliance/EPA-DPA/AFP/DPPI/WRI2

De retour encore une fois sur les circuits en tant que manager, il dirige l’écurie Jaguar durant deux années avant d’être remercié et plus tard il devient président non exécutif de l’écurie Mercedes en 2012, Niki Lauda toujours coiffé d’une casquette cachant à moitié ses cicatrices reste omniprésent dans le paddock, où son aura, son expertise et surtout son franc-parler font l’unanimité. Il a également joué un rôle relativement important dans le recrutement du champion britannique Lewis Hamilton et a su aussi gérer les égos dans l’équipe Mercedes entre ce dernier et Nico Rosberg au plus fort de leur rivalité. L’an dernier, en congé aux Baléares, il est hospitalisé d’urgence suite à une grosse infection pulmonaire. Rapatrié à en urgence en Autriche, il a dû subir une transplantation des poumons et sa santé s’est considérablement affaiblie mais il a de nouveau réussi encore une fois à surmonter cette épreuve. Sa présence sur les circuits n’était plus possible pour le moment du fait de son état mais il restait encore très assidu en direct lors des Grand-Prix à la télévision.

. À 70 ans tout juste, il tire sa révérence et reste aux yeux de tous un sportif et un entrepreneur talentueux dont le dynamisme et le courage n’ont d’égal que le courage dont il a fait preuve pour surmonter toutes les difficultés pendant toutes ces années. Une belle leçon de vie pour ce pilote pour qui le dépassement de soi fut une notion subjective. En mettant souvent sa vie en danger. Immortel pour l’éternité, Niki Lauda restera le pilote de formule 1 qui aura marqué durablement de son empreinte le monde de la formule 1.

Photos: E. Di Baia/AP/SIPA/AssociatedPress/Bernard Cahier/GettyImages/Picture Alliance/EPA-DPA/AFP/DPPI/WRI2

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*