MOTOGP GRAND-PRIX D’ESPAGNE Fabio Quartararo : Une grande première par K.O

La première course du championnat du monde MotoGP 2020, à huit clos ne trahit pas les attentes et donne une victoire de première classe à Fabio Quartararo, 21 ans qui après une pole position record débute de la plus belle des manière le championnat 2020. Hasard ou signe du destin, il y a tout juste 21 ans, ce fut la dernière victoire d’un pilote français en catégorie reine. 

Protagoniste, pour le meilleur ou pour le pire, le champion du monde en titre Marc Marquez, favori logique a brûlé d’emblée un joker avec deux erreurs en course dans le même virage, une première au 5e tour, alors qu’il était aux commandes et une seconde en fin de course pour la 2e place après une belle « remontada. Verdict : traumatisme au bras droit avec fracture de l’humérus. À suivre… 

Photos: MotoGP/Michelin/DR

La première course de la saison de MotoGP fut plus qu’attendue. Tous les pilotes sont à l’unisson pour enfin se battre sur la piste de Jerez en l’honneur des personnes touchées par la pandémie de coronavirus et des travailleurs de la santé qui ont travaillé sans relâche dans la lutte contre le Covid-19. Il faut souligner qu’ à l’instar de la Formule 1, cette saison 2020 de MotoGP a subit de plein fouet les affres de la pandémie de Covid-19, seules les courses Moto2 et Moto3 du Grand Prix d’ouverture de la saison au Qatar se déroulant conformément au calendrier. De nombreuses courses ont été soit annulées, soit reportées avant que Dorna Sports (détenteur des droits commerciaux de l’événement), ne propose finalement un calendrier tronqué et révisé comprenant 13 courses. Carmelo Ezpeleta, chef d’orchestre de Dorna Sport, a poussé un soupir de soulagement après la validation de cette saison 2020 à la fois inédite et étrange. 

De plus en signe de respect, conscients que ce virus est toujours là, ce Grand-Prix d’Espagne sera l’occasion d’aider toutes les personnes touchées par cette catastrophe sanitaire. “ Toute la petite aide que nous pouvons leur apporter est vraiment importante et nous le ferons. Comme vous l’avez fait, comme beaucoup de pilotes l’ont fait et que nous devons être patients et aussi faire très attention.“  Résume Carmelo Ezpeleta. Les courses de ce week-end andalou ont été limitées à un total de 1 200 personnes sur le site, y compris les pilotes, les membres de l’équipe, l’équipe de piste, les médecins et le personnel local. Tous doivent adhérer à des règles strictes de distanciation sociale et porter des masques dans la mesure du possible. Par ailleurs, toute personne présente doit passer un test de dépistage Covid-19 cinq jours avant chaque événement et rester isolée jusqu’à la course. Des tests aléatoires peuvent également être effectués sur le circuit. Des contraintes relativement bien acceptées par tout le paddock. Samedi, la séance ultime de qualification de ce Grand-Prix d’Espagne fut un superbe combat à trois remporté par Fabio Quaratararo (Yamaha Petronas) confirmant ainsi sa suprématie dans l’exercice, auréolé de surcroît par le record absolu du circuit Angel Nieto de Jerez . Le jeune français devance les catalans Maverick Viñales (Yamaha) et Marc Marquez (Honda).
Durant cette séance mouvementée, il y a eu des chutes rapides pour Jack Miller (Ducati Pramac), Andrea Dovizioso (Ducati), Cal Crutchlow (Honda LCR) et Alex Rins (Suzuki) . Malheureusement, ces chutes furent fatales pour ces deux derniers : le pilote Suzuki est affublé d’une fracture à l’épaule, tandis que le britannique souffre du poignet gauche. Les deux sont forfaits pour la course.

Photos: MotoGP/Michelin/DR

Fabio sans paniquer

Au départ c’est Maverick Viñales (Yamaha) qui est le plus prompt avec dans son sillage l’impétueux Jack Miller (Ducati Pramac) qui surgit comme une fusée de sa ligne pour se placer à la roue du leader avant que Marc Marquez (Honda) malgré un envol moyen, rectifie le tir en profitant d’une petite erreur de l’australien pour se classer 2e. Pour le poleman Fabio Quartararo (Yamaha Petronas), plus discret, se rattrape en remontant sur la Ducati de Jack Miller. Ce dernier se défend bien et reprend sa place et son coéquipier italien Pecco Bagnaia (Ducati Pramac) parvient même à passer le pilote français. Devant, Maverick Viñales perd un moment sa monture, mais reste sur ses roues, offrant une ouverture à un Marc Marquez à l’affût qui en profite pour commencer son échappée. Mais au 5e tour, le catalan perd également le contrôle et file droit vers une chute certaine, mais c’était loin d’être terminé pour Marc Marquez. In extremis, il réussit à maintenir sa moto debout dans les graviers, revenant miraculeusement sur la piste en… 16e position, un grand moment de maîtrise et de chance pour le champion du monde qui repart déchaîné sur un rythme incroyable.Toujours en tête de l’épreuve, Maverick Viñales, de plus en plus fragilisé par son pneu avant, voit le retour tonitruant dans ses sorties d’échappement de la Yamaha du pilote français, lequel avait pris le dessus sur les Ducati de Jack Miller et Pecco Bagnaia. Les largesses répétées de la Yamaha n°12 profitent à Fabio Quartararo et aussi à Jack Miller pour passer devant le pilote Yamaha. Mais à ce moment de la course, le fil rouge est le retour retentissant de Marc Marquez (Honda). Déchaîné, son rythme est incroyable, en seulement cinq tours, il réussit à passer de la 16e à la 10e place en roulant une seconde plus vite que la plupart des pilotes de tête. Il se défait allègrement de Miguel Oliveira (KTM Tech3) et d’un Valentino Rossi (Yamaha) en difficulté pour se positionner en 8e position et de lorgner sur un éventuel podium. 

La « remontada » du champion

Aux avant-postes, le pilote français accentue son avance et compte plus de 2 secondes sur son poursuivant. Sans paniquer et sans erreurs, il file droit vers sa première victoire. Mais le podium virtuel de cette course est menacé par le missile orange se dirigeant rapidement vers une lutte pour les places d’honneur. Au vu des performance du champion catalan, revenir sur le podium semble être une formalité plutôt qu’une possibilité. À 8 tours de la fin Marc Marquez n’était qu’à deux secondes du podium avant de prendre le meilleur sur Franco Morbidelli (Yamaha Petronas), Pecco Bagnaia (Ducati Pramac) et Andrea Dovizioso (Ducati). Désormais largement en tête avec plus de 5 secondes d’avance, Fabio Quartararo ne s’en souci guère, il reste concentré sur sa course. Jack Miller en pression subit les premières attaques du pilote Honda enragé qui le dépasse avec autorité. 

Photos: MotoGP/Michelin/DR

Prochaine victime potentielle, Maverik Viñales, mais à 4 tours de la fin, le retour d’anthologie du phénomène catalan se termine par une cabriole vicieuse qui propulse une nouvelle fois le pilote de sa moto dans les graviers. Tombant lourdement, Marc Marquez a été emmené au centre médical avec un humérus droit cassé. Fabio Quartararo (Yamaha Petronas) franchit la ligne d’arrivée pour remporter une incroyable première victoire en MotoGP, marquant un peu d’histoire et transformant ses velléités futures. Derrière, Maverick Viñales a réussi à maintenir sa place de dauphin à la force du poignet et Andrea Dovizioso (Ducati) parvient avec maîtrise et métier à prendre la 3e place du podium final au nez et à la barbe de son futur coéquipier Jack Miller (Ducati Pramac). Franco Morbidelli (Yamaha Petronas) se classe 5e devant Pol Espargaro (KTM). Derrière, Pecco Bagnaia pourtant bien parti fut incapable de suivre le rythme des leaders sur la fin prend toutefois une belle 7e place devant le portugais Miguel Oliveira (KTM Tech3) et Danilo Petrucci (Ducati), Takaaki Nakagami (Honda LCR) clôture le top 10 en étant la première Honda classée. Aucune Suzuki à l’arrivée, le jeune espagnol Joan Mir (Suzuki), seul représentant de la firme suite au forfait d’Alex Rins a chuté en début de course. Quant au célèbre vétéran italien Valentino Rossi (Yamaha), en dépit d’un bon départ, il n’a jamais trouvé le bon rythme et durant la course, il végétait aux alentours de la 10e position avant qu’un problème technique vienne sonner le glas de son calvaire…

Photos: MotoGP/Michelin/DR

Fabio Quartararo :  

“ Le meilleur moment de ma vie, c’est sûr. Je ne l’ai pas encore réalisé. C’est tellement étrange sans les fans, j’aimerais qu’ils soient là pour les encourager. Mais honnêtement, cette course était pour eux, pour toutes les personnes touchées par le coronavirus et pour ma famille, mon frère me soutenait toujours, mes parents… Après la course de Moto2, nous savons que l’adhérence est normalement faible, mais je ne m’attendais pas à grand-chose. Si vous regardez le rythme d’hier et d’aujourd’hui, il était presque une seconde plus lent. C’était donc difficile de comprendre la piste, mais le plus important est que nous avons eu notre première victoire aujourd’hui.“

Maverick Viñales:

 “ J’ai eu un bon rythme au départ, j’ai fait mon meilleur temps au deuxième tour, ce qui est toujours intéressant, mais ensuite, je n’avais plus de pneu à l’avant. C’est dommage parce que je me sentais très bien sur la moto, je me sentais au point, mais l’important, c’était de rallier l’arrivée et de ramener la moto au stand et j’ai réussi à obtenir une deuxième place, ce qui est très bien. On marque 20 points au championnat et on a maintenant une deuxième course à Jerez où on peut encore plus améliorer notre moto et nous-mêmes. 

Andrea Dovizioso : 

“ Cette 3e place est comme une victoire, surtout à Jerez. Je n’avais pas la vitesse, impossible de me battre avec les leaders, j’étais bien plus lent, mais je n’ai jamais baissé les bras. Difficile de maintenir cette intensité, mais je n’ai pas fait la moindre erreur, ça a été la clé. En toute fin de course, j’ai pu réagir en répondant immédiatement sur Franco avant de faire un beau dépassement sur Jack, et c’était ce que je pouvais faire de mieux.“

Photos: MotoGP/Michelin/DR

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*