MOTOGP GRAND-PRIX DES AMÉRIQUES : Alex Rins „Texas Ranger“

Loupé de Marc Marquez (Honda) dans son épreuve fétiche et premier succès en carrière pour l’espagnol Alex Rins qui offre à Suzuki, une belle victoire en volant la vedette à un Valentino Rossi étincelant. Première victoire pour le jeune Alex Rins (Suzuki) à Austin qui est le seul vainqueur MotoGP à stopper l’hégémonie du roi Marc Marquez (Honda) sur le circuit texan, lequel, à la surprise générale perd l’avant au 9e tour et chute. En attaquant comme un damné pour s’échapper, le catalan s’est fait piéger à l’instar de Cal Crutchlow (Honda LCR) au tour précédent. Il ne peut s’en prendre qu’à lui-même, en frôlant les limites avec son rythme un peu trop élevé, ça ne pouvait pas passer. Dépité, il laisse les clefs de son ranch texan au trio derrière : Valentino Rossi (Yamaha), Alex Rins et Jack Miller (Ducati Pramac). Et c’est son compatriote ibérique de Suzuki qui réussira à conquérir son premier Grand-Prix, faisant plier son idole Valentino Rossi dans les derniers tours. Il redonne la victoire à Suzuki qui lui faisait défaut depuis 2016 et le triomphe de Maverick Viñales à Silverstone en Angleterre.

Photos: MotoGP/Yamaha/Honda/AP

Le départ est comme à l’accoutumé favorable à la Honda 93 pilotée par le champion du monde qui déterminé signe le holeshot devant Valentino Rossi (Yamaha), Cal Crutchlow (Honda LCR) mais aussi Jack Miller (Ducati Pramac) et Alex Rins (Suzuki). Ces quatre mousquetaires se sont détachés du peloton pour former le groupe de poursuivants. Avec un bel avantage de près de 4″, Marc Marquez pouvait réduire son rythme tout en contrôlant ses poursuivants, sûr de lui et de son avantage sur ce circuit qu’il a vaincu à six reprises consécutives, Mais contre toute attente, il commet une grave erreur de légèreté qui le met au tapis et dans l’énervement, il tombe de nouveau en tentant de relever sa Honda. Ensuite, cette dernière refusa de démarrer laissant le champion du monde dépité.

Une victoire méritée

Après avoir mis quelques longueurs au vaillant australien Jack Miller, Valentino Rossi avec dans ses échappements Alex Rins partent pour jouer la victoire. À quatre tours de la fin, une première attaque fatal de l’espagnol fut la bonne, l’italien qui en répliquant presque immédiatement se rate et perd quelques mètres. Dans un ultime sursaut d’orgueil, il tente recoller au jeune pilote Suzuki en vain, „le docteur“ si près de la victoire à 40 ans doit se contenter d’une 2e place douce-amère, une occasion manquée pour faire coup double en pensant à la fois aux déboires de Marc Marquez et à la contre-performance d’Andrea Dovizioso (Ducati). L’arrivée récompense aussi Jack Miller (Ducati Pramac) heureux 3ème après une course vigoureuse.

Photos: MotoGP/Yamaha/Honda/AP

Bon retour du pilote Ducati Andrea Dovizioso qui remonte à la 4e place après un départ en 5e ligne à la 13e position. Une performance qui lui vaut de prendre la tête du championnat du monde avec trois points de plus que Valentino Rossi, cinq sur Alex Rins et neuf sur Marc Marquez. Un classement après trois courses assez équilibré, avec quatre pilotes de quatre constructeurs différents aux quatre premières places. Un championnat relancé et psychologiquement intéressant qui augure beaucoup d’espoirs pour les prochains rendez-vous européens souvent plus favorables aux pilotes. Excellente 5e place pour un Franco Morbidelli (Yamaha Petronas) en pleine croissance, devant Danilo P.etrucci (Ducati) 6e), Fabio Quartararo (Yamaha Petronas) 7e et Pol Espargaro (KTM) 8e avec une moto KTM à la hausse. Mauvaise pioche pour Maverick Viñales (Yamaha) dans cette course, pénalisé comme Joan Mir (Suzuki) pour un départ anticipé, le pilote Yamaha s’est confondu en effectuant la nouvelle pénalité long-lap moins coûteuse en temps au lieu d’observer un passage devant les stands comme l’a fait son compatriote de Suzuki. Il repassera dans les stands pour repartir en fond de classement, l’obligeant à s’employer à une „remontada“ dans le peloton. Chez Honda, c’est la bérézina, le britannique Cal Crutchlow (Honda LCR) est la première victime sur chute, suivi à la surprise générale par le favori de la course et leader Marc Marquez (Honda) à terre un tour lus tard ainsi que son coéquipier Jorge Lorenzo sur panne électrique. Le majorquin toujours en difficulté avec sa nouvelle monture, naviguait en fond de classement en course avec les Aprilia…

Photos: MotoGP/Yamaha/Honda/AP

 

„Je suis si content, je n’ai pas de mots pour expliquer mes sensations, merci à ces incroyables fans, merci à Suzuki qui a fait du très bon travail pour me donner une super moto cette année. Je suis tellement content, mes sensations sont incroyables, et pour moi, battre Valentino, c’est incroyable, c’est mon héros depuis que je suis tout petit „ s’exclamait à l’arrivée un Alex Rins épanoui !

„Je suis très triste pour la victoire, car après la chute de Marc Márquez chuter, je me suis dit que je pouvais gagner, mais Alex est arrivé, j’ai essayé d’attaquer sans cesse, mais au final, il était meilleur que moi. Il a très bien piloté et je n’ai pas pu le repasser. C’est dommage, car ça fait longtemps que je n’ai pas remporté de course, mais on est fort est, on essaiera la prochaine fois.“ assure le vétéran italien.

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*