MOTOGP GRAND-PRIX DE VALENCE: Marc Marquez en clôture XXL

L’épilogue de cette saison résume bien le cru Marquez 2019, et dans le grand théâtre de Valence, ce dernier acte est sans appel. Marc Marquez (Honda)a encore démontré ses qualités de pilote en se jouant encore de ses rivaux et du futur jeune protagoniste Fabio Quartararo (Yamaha Petronas). Le champion du monde, s’impose devant le jeune Français parti de la pôle et remporte excusez du peu son 12e succès de la saison en offrant sur un plateau le titre au constructeur qui l’emploie suite aux bévues des Ducati officielles ce week-end. Une petite consolation, pour la firme de Borgo Panigale, la 3e place de Jack Miller, avec la Desmosedici de l’équipe Pramac, auteur d’une course, méritante.

Au départ, Jack Miller (Ducati Pramac) est le plus prompt, mais le jeune français auteur de la pole position met juste quelques virages pour passer devant le véloce australien. Suivent ensuite un groupe dans le rythme composé de Marc Marquez, Alex Rins (Suzuki), Andrea Dovizioso (Ducati) et Maverick Viñales (Yamaha). Le champion du monde commence à faire parler sa puissance et se défait de Jack Miller avant de viser le poleman. Au 8e tour, avec un dépassement brutal sur Fabio Quartararo, Marc Marquez file tout en scorant des tours rapides. Le jeune rookie de la saison ne peut pas répliquer et conforte sa deuxième place en contrôlant un épatant Jack Miller qui ne lâche rien et tout en maintenant à distance Alex Rins et Andrea Dovizioso. Maverick Viñales, pourtant assez à son aise ici lors des essais paye son mauvais départ et rend les armes bien trop vite, le pilote Yamaha n’arrive même pas à prendre l’avantage sur Franco Morbidelli (Yamaha Petronas)dans les premiers tours.

Photos MotoGP/Michelin

Chutes à répétitions

Les chutes commencent à prendre de l’ampleur dès la mi-course avec celle du britannique Cal Crutchlow (Honda LCR) imitée quelques tours plus tard par Danilo Petrucci qui perd l’avant de sa Ducati officielle et glisse juste devant son compatriote Valentino Rossi. Le français Johann Zarco (Honda LCR) suit le mouvement et chute avant d’être tamponner violemment dans les jambes par la KTM d’Iker Lecuona alors qu’il était en train de se relever. Heureusement, plus de peur que de mal… Franco Morbidelli qui tenait pourtant la dragée haute à Maverick Viñales pour la 6e position, perd tout espoir avec une chute. Marc Marquez, qui contrôle, tandis que Miller tente en vain de prendre le meilleur sur Fabio Quartararo en vain avant que le rideau tombe sur cette saison. Andrea Dovizioso termine au pied du podium juste devant Álex Rins et Maverick Viñales. Quant à Joan Mir (Suzuki), il devance largement Valentino Rossi (Yamaha) et les deux frères Espargaró Aleix et Pol dans cet ordre…

Photos MotoGP/Michelin

Clap de fin pour Jorge Lorenzo (Honda) qui termine discrètement 13e dans son jardin, mais l’ovation du public de Valence est telle qu’elle récompense son magnifique palmarès d’une riche carrière qui se souffre d’aucune contestation. Coiffé d’un casque célébrant ses débuts, le majorquin paraissait ce week-end très ému en sachant qu’une page allait se tourner, bravo champion !!

 «En 2018, beaucoup de gens pensaient que je la MotoGP, n’était pas encore pour moi, c’était trop tôt. Cette année, j’ai prouvé que j’étais prêt avec sept podiums et six pole positions. Nous sommes de plus, la première équipe indépendante au classement du Championnat et je suis le premier pilote indépendant. Je savais déjà que samedi Marc était trop fort pour nous et je me suis dit que si on ne pouvait pas gagner, une deuxième place serait parfaite… Marc entamera sa huitième saison et nous notre deuxième » constate Fabio Quartararo heureux.

« Ça a été une saison parfaite et difficile de faire mieux, car j’ai toujours bien piloté et avec aussi une belle régularité et finir la saison par une victoire en portant le casque d’or (marquant son sixième titre mondial), c’est très spécial. Avec la triple couronne, je suis content de remporter le titre par équipe pour Jorge (Lorenzo), le Jorge que j’ai à l’esprit est le champion du monde et personne ne mérite de terminer sa carrière par une telle année : marquée pas d’énormes difficultés et ponctuée par des blessures. Au minimum, nous allons célébrer quelque chose ensemble ce soir et c’est le principal. C’est important d’être devant sur ce circuit, mais j’ai raté mon envol et perdu beaucoup de places mais le reste s’est bien passé, j’ai dépassé beaucoup de pilotes, j’ai rattrapé Fabio, je suis resté derrière lui un tour avant de le dépasser pour me mettre rapidement à l’abri » résume le vainqueur du dernier Grand-prix de la saison.

« Magnifique saison et sans aucun doute ma meilleure. La course fut très disputée, avec des conditions changeantes au fur et à mesure des tours, il fallait être très prudent et en même temps ne pas trop ralentir. À un moment, j’étais sur la roue arrière et le vent m’a déséquilibré. Ce que j’ai appris ce week-end, c’est qu’il faut être dans les hauts du classement dès la première séance d’essais en travaillant son rythme de course, sur ses temps au tour. On a montré dimanche que de travailler dès le vendredi aide beaucoup pendant la course » conclu le véloce pilote australien.

Photos MotoGP/Michelin

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*