MOTOGP GRAND-PRIX DE TURUEL : Franco Morbidelli fait illusion ??

Le GP Teruel 2020 allait être l’occasion pour Honda de remporter enfin une victoire tant attendue de cette saison atypique. Cependant, la surprise du premier tour a jeté la première opportunité, et une chute en milieu de course a mis fin à toute réelle option de podium pour la marque japonaise. 

Tout semblait être en faveur du coureur japonais qui termine un excellent week-end, mais Takaaki Nakagami (Honda LCR) trop confient en ses chances a chuté dans les premiers virages. Hors-jeu d’emblée face à son rival immédiat du moment, l’éphémère leader dépité voit Franco Morbidelli (Yamaha Petronas) s’envoler devant. Une première position qu’il maintient de belle manière jusqu’à la fin de la course. Alex Rins (Suzuki), vainqueur ici même la semaine passée, se classe deuxième, et bien qu’il ait tenté de se rapprocher de l’Italien, il n’a jamais pu trouver l’ouverture pour répéter sa victoire pour le deuxième week-end consécutif. Joan Mir (Suzuki) se classe 3e et prend encore de l’avance au championnat face à Fabio Quartararo (Yamaha Petronas).

Photos: MotoGP/Michelin

L’absence du champion du monde, Marc Márquez (Honda) amène à assister à l’une des saisons les plus atypiques de ces dernières années, où chaque week-end, tout peut arriver, et aujourd’hui, le grand espoir de l’équipe Honda résidait sur la pole position obtenue haut la main par le pilote japonais Takaaki Nakagami, pilote de l’équipe LCR Honda.
La première ligne de grille de départ était inédite avec Takaaki Nakagami (Honda LCR), suivi de Franco Morbidelli (Yamaha Petronas) et d’Alex Rins (Suzuki). Trois constructeurs différents pour un Grand-Prix qui s’annonce aussi passionnant que le précédent ici même en Aragon. Extinction des feux, et super départ du poleman suivi de près par la Yamaha de Franco Morbidelli, mais derrière eux, les chutes s’enchaînent. Pas moins de 3 pilotes terminent leur course dès l’entame du premier tour. Le sud africain Brad Binder (KTM) rate son freinage et percute l’arrière de la Ducati de l’australien Jack Miller (Ducati Pramac), une collision qui cause irrémédiablement la chute des deux pilotes. Mais la grande surprise a été le K.O de Takaaki Nakagami, le pilote japonais alors en tête et qui, en raison d’un excès de confiance mêlé de pneus froids, a perdu l’avant et est allé au tapis sans conséquences, bien que probablement perdant, celui qui était l’une des dernières chances de victoire de Honda cette année.

Photos: MotoGP/Michelin

En franchissant la ligne pour le second tour, Franco Morbidelli reste en  première position avec dans son sillage un groupe de 8 pilotes, Alex Rins (Suzuki), Johann Zarco (Ducati Avintia), Maverick Viñales (Yamaha) , Joan Mir ‘Suzuki), Fabio Quartararo (Yamaha Petronas), Cal Crutchlow (Honda LCR) , Pol Espargaró (KTM) et Álex Márquez (Honda). Ce dernier assez véloce semble prêt à rééditer son épopée du week-end end dernier. En effet, le petit frère Marquez prend les choses en mains et passe son compatriote Pol Espargaro.

Avec un grand rythme et dans un récital de talent et d’adresse sur un circuit qui, dimanche dernier, montrait déjà qu’il y était très bon, Álex Márquez passe dans le tour suivant simultanément Cal Crutchlow et Fabio Quartararo pour se placer en 6e position. Devant, Joan Mir presse un Maverick Viñales peu à l’aise pour tenter de gagner une position. Le dépassement est finalement consolidé au 6e tour, avec la 4e place pour l’actuel leader du classement général.
Quant aux Ducati, à l’exception de celle de Johann Zarco, qui à ce stade de la course figure en 3e position, elles a ont  dû faire face à un deuxième week-end à oublier, encore plus après l’abandon de Pecco Bagnaia (Ducati Pramac) en raison de problèmes techniques, qui a laissé l’équipe Pramac Ducati sans pilotes en seulement six tours ici sur le circuit d’Alcañiz Aragon. Quant aux deux pilotes officiels Andrea Dovizioso (Ducati) et Danilo Petrucci (Ducati), ils essaient tant bien que mal de rester dans la bonne vague, mais sans grand succès à ce stade de la course.

Photos: MotoGP/Michelin

Entre les 10e et 13e tours, une série de dépassements parmi le groupe de poursuivants pimente la course. Pol Espargaró passe Fabio Quartararo et 3 tours plus tard, Maverick Viñales, pour atteindre la 6e position. À l’avant, Joan Mir prend la 3e place après avoir dépassé le français Johann Zarco, ce qu’Alex Marquez reproduira un tour plus tard pour le gain de la 4e place.

Vas y Franky…

Tout indiquait que le pilote Honda Repsol, avec un rythme de course à la hauteur des plus rapides, pouvait réitérer l’exploit du week-end dernier et opter au moins pour la victoire au pire pour le podium. Son rythme l’atteste et permet d’entrevoir la première victoire Honda de la saison. Cependant, la course moto n’est jamais une science exacte et le 14e tour sonnait le glas de la belle prestation d’Álex Marquez qui chute dans le 2e virage après avoir perdu l’avant de sa RC213V. Le reste de la course a été une tentative par les pilotes d’établir leurs positions de leader. Franco Morbidelli tel un métronome s’éloigne lentement d’Alex Rins, et Joan Mir subit, le jeune majorquin n’a pas de rythme pour se rapprocher du duo de tête. Belle performance de Miguel Oliveira (KTM) qui place sa KTM à la 6e place au nez et à la barbe des Yamaha de Fabio Quartararo et Maverick Viñales. Les deux machines autrichiennes de Pol Espargaro et Miguel Oliveira désormais réunis se rapprochent du quatuor de tête et laissent les pilotes Yamaha derrière eux aux prises avec Aleix Espargaró (Aprilia). Malgré la virulence du pilote catalan, sa machine italienne rend l’âme à 2 tours de la fin.

Photos: MotoGP/Michelin

De l’action dans ces derniers tours, avec Pol Espargaro qui passe le vaillant Johann Zarco pour la 4e place, tandis qu’en queue de peloton, Danilo Petrucci et Stephan Bradl (Honda) passent Andrea Dovizioso. Franco Morbidelli entre dans le dernier virage avec près de 2 secondes d’avance sur Alex Rins pour savourer sa seconde victoire de l’année. Son dauphin catalan se contente de sa belle 2e place devant son coéquipier Joan Mir, lequel avec ce nouveau podium consolide sa position en tête du classement pilotes. Pol Espargaró passe le drapeau à damiers 4e devant un Johann Zarco qui a contenu les attaques de Miguel Oliveira pour prendre de justesse une belle 5e pour seulement 38 millièmes.
Maverick Viñales et Fabio Quartararo passent à leur tour 7 et 8e à plus de 14 secondes derrière leur coéquipier italien vainqueur. Iker Lecuona (KTM) termine 9e, devant un Danilo Petrucci qui sort Cal Crutchlow du top 10 dans le dernier tour. Stefan Bradl est 12e et Andrea Dovizioso 13e, devant Tito Rabat (Ducati Avintia) et Bradley Smith (Aprilia).

Franco Morbidelli:

„C‚était incroyable. Je savais que je devais faire une course agressive et quand j’ai vu que j’avais un chemin clair devant moi, j’ai décidé de faire de mon mieux. La concentration était très élevée et la sensation au volant était incroyable. Les 23 tours m’ont passé comme un claquement de doigts. J’avais un très bon set-up sur la moto pour aller vite tout au long de la course, je dédie cette victoire à mon équipe. Je me suis beaucoup amusé“.

Álex Rins : 

 „C’était une course beaucoup plus rapide que le week-end précédent. J’ai essayé de suivre Franco, mais cela a été très difficile. J“étais trop mou à l’avant et à la fin de la course c’était difficile pour moi, alors j’ai pensé rouler avec lui et garder le podium, car les derniers tours ont été très difficiles „.

Joan Mir :

„La vérité est qu’aujourd’hui, donner plus, c’était trop. Nous avons pu faire une bonne course, mais les deux pilotes devant moi étaient un peu éloignés et je n’ai pas pu gratter plus de dixièmes. Trop utiliser mes pneus  au début m’a probablement pénalisé. Mais un podium, partant de la 12e position, c’est comme gagner „.

 

Photos: MotoGP/Michelin

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*