MOTOGP GRAND-PRIX DE LA COMMUNAUTÉ DE VALENCE : Joan éclipse Franky

Le Grand Prix de la Communauté de Valence terme habituel du championnat MotoGP est pour cette année l’avant dernier Grand-Prix. L’épilogue de la saison aura lieu le week-end prochain sur le circuit de Portimao au Portugal. À l’issu de cette épreuve espagnole tendue, Joan Mir (Suzuki) est devenu le nouveau Champion du Monde MotoGP. Franco Morbidelli (Yamaha Petronas) intouchable tout le week-end a remporté la course, mais la 7e place du majorquin et les faits de course lui valent d’être titré ici. 

Comme prévu ce dimanche, les températures ont été les plus élevées du week-end, 28 degrés sur l’asphalte. En conséquence, beaucoup de pilotes ont du modifier leur choix de pneus. Au départ, Franco Morbidelli parti en pôle arrive à résister vaillamment à Jack Miller (Ducati Pramac) et sa puissante Ducati. Alex Rins (Suzuki) a pris aussi un excellent départ, le plaçant 8e au premier virage. Fabio Quartararo (Yamaha Petronas) partant de la 11e position, se propulse bien et en voulant dépasser son rival au championnat Joan Mir (Suzuki), se rate et tire large au 2e virage afin d’éviter de heurter Maverick Viñales (Yamaha). 

Photos MotoGP/Michelin/Khalad

Joan Mir quant à lui, est bien sorti de l’entonnoir et passe Pecco Bagnaia (Ducati Pramac). Lors du premier passage sur la ligne d’arrivée, il est 10e et à l’instant t, il est déjà champion. Fabio Quartararo déchaîné sur-pilote pour dépasser ses adversaires : il passe coup sur coup Lorenzo Savadori (Aprilia), Tito Rabat (Ducati Avintia), Stefan Bradl (Honda) et Danilo Petrucci (Ducati). N’ayant rien à perdre, le français prend tout les risques. Devant, Franco Morbidelli déroule et emmène dans son sillage Jack Miller et Pol Espargaró (KTM). Plus loin, un groupe composé de Takaaki Nakagami (Honda LCR) Miguel Oliveira (KTM), Johann Zarco (Ducati Avintia), Aleix Espargaro (Aprilia), Alex Rins, Brad Binder (KTM)… et Joan Mir mène la chasse au trio. Johann Zarco, qui était 6e, et sous la pression d’Alex Rins, part à la faute et laisse ses compagnons de route continuer leur traque. La chute du français fait marcher les calculettes pour les pilotes en lice pour le titre. Le leader italien enfonce le clou et s’octroie le meilleur chrono. Il lâche petit à petit ses poursuivants. Joan Mir contrôle et reste derrière Aleix Espargaró (Aprilia). Quelques longueurs devant, Brad Binder et Alex Rins profitent d’une petite erreur de Takaaki Nakagami devant eux pour se rapprocher de lui tandis que Miguel Oliveira remonte sur Pol Espargaro. 

Photos MotoGP/Michelin/Khalad

Le japonais ainsi que Fabio Quartararo sont tous deux avertis pour avoir dépassé à plusieurs reprises les limites de la piste. Mais pour ce dernier, le pire reste à venir. Il chute au virage 6, ce qui ruine quasiment tous ses espoirs dans la course au titre mondial.
Takaaki Nakagami, profite d’une baisse de cadence du pilote portugais pour prendre la 4e position , Alex Rins le suit instantanément. Sous la future menace d’Andrea Dovizioso (Ducati), Joan Mir bondit devant Aleix Espargaro pour prendre a 8e place et fait un écart substantiel. A mi-course, Joan Mir reçoit le message „Mapping 2 “ pour un changement de carte moteur. Suzuki veut le titre et minimise les risques. Parti en quête du podium, son premier en MotoGP, Takaaki Nakagami se débarrasse d’Alex Rins pour se lancer à l’assaut de Pol Espargaro. Il est à ce moment là, le pilote le plus rapide en piste et remonte facilement sur la KTM du catalan.

Titre en vue pour Joan Mir

Malheureusement, trop excité, le pilote nippon chute après un freinage appuyé en plein dépassement sur Pol Espargaro, qui par miracle évite la Honda qui glisse juste devant des roues. Une chute qui propulse Joan Mir dans une 7e place confortable.

Photos MotoGP/Michelin/Khalad

Aux avant-postes, Jack Miller commence à vraiment se manifester. L’Australien est excellent, réalisant les tours les plus rapide pour combler la seconde de retard face à Franco Morbidelli.
Joan Mir est sur un bon un rythme, sans être excellent mais sécuritaire. Son coéquipier est impuissant pour rattraper Pol Espargaro et voit dans ses rétros grossir la KTM du sud-africain Brad Binder. Bien panneauté sur le retour du pilote australien, Franco Morbidelli tente de reprendre la main, mais en vain, Jack Miller ne lâche rien, il veut sa victoire tant mérité cette année. Les 5 derniers tours sont un vrai mano à mono entre les deux pilotes. La Ducati extrêmement rapide surtout dans les bouts droits parvient à grappiller quelques millièmes, mais la riposte de la Yamaha dans le sinueux remet les compteurs à zéro.
Mais dans ce duel épique, Jack Miller passe toutefois Franco Morbidelli au forceps au bout de la ligne droite, mais s’écarte un peu et permet à l’italien de reprendre son bien au freinage suivant.

Photos MotoGP/Michelin/Khalad

La bagarre bat son plein et les deux pilotes sont carénage contre carénage, ils ne lâchent rien !! Franco Morbidelli ferme toutes les portes intelligemment et prend un léger ascendant dans les derniers virages. Jack Miller guette la moindre ouverture, mais le pilote Yamaha Petronas reste imperméable et tient bon jusqu’au drapeau à damiers. Une 3e victoire brillante et méritée pour Franco Morbidelli devant Jack Miller et Pol Espargaro.
Pour Joan Mir, il n’a pas eu l’ombre d’un doute. Mathématiquement, son titre pouvait encore être retardé par quatre pilotes, mais le pilote Suzuki n’a pas voulu faire durer le suspense. Prudent 7e d’une course qui n’a pourtant pas manqué de rebondissements, le jeune espagnol a décroché sa première couronne en MotoGP. Portant le français Fabio Quartararo a tout fait pour retarder l’échéance. Conscient que la mission serait compliquée voire impossible, sa course a tourné au cauchemar presque aussi vite que celle de la semaine passé. Bien tenté !!

hotos MotoGP/Michelin/Khalad

 

Joan Mir le trompe-l’œil

C’est fait. Joan Mir est un champion du monde de MotoGP. Le pilote Suzuki s’empare du titre ici à Valence dans la deuxième course et apporte la couronne à la marque Suzuki 20 ans après celle remportée par Kenny Roberts Jr. Il ne s’agit que de sa deuxième saison et le jeune majorquin est déjà champion du monde dans la catégorie reine.

Joan Mir a basé son titre sur sa constance. En dépit de deux chutes dans deux des trois premières courses de la saison, il a été infaillible depuis. Il terminé toutes les courses dans le top 5 sauf en France sur le circuit Bugatti où il fut retardé par un déluge et ici à Valence. Il est également de loin le pilote avec le plus de podiums dans la catégorie (8). Celui qui se rapproche le plus de lui est son compatriote et coéquipier Álex Rins, auréolé de 5 podiums. D’autres comme Fabio Quartararo et Franco Morbidelli ont certes remporté 3 courses, mais n’ont pas été en mesure de maintenir la cohérence.
Joan Mir est le 6e champion du monde Suzuki. L’histoire de Joan Mir est incroyable. Contrairement aux nombreux pilotes, il met ses fesses à moto sur le tard, à l’âge de 11 ans. Il ne lui a fallu que 12 années pour passer de „ne pas savoir piloter une moto“ à remporter le Championnat du Monde de MotoGP. À 23 ans, il est le 7e plus jeune champion de l’histoire de la catégorie reine. L’avenir est à lui…

C’est le deuxième titre de Joan Mir en 5 ans de présence en Championnat du Monde. D’abord pilote de réserve Moto3 en 2015, c’est, l’année, suivante, pour sa première saison complète, qu’il remporte sa première course, et déjà en 2017, il conquit le titre Moto3 de manière écrasante (11 victoires). Après un passage éphémère en catégorie Moto2, dans laquelle il s’octroie 4 podiums, il est promu en MotoGP en 2019, et déjà en 2020 pour sa deuxième saison, il remporte le titre.
Le pilote espagnol Suzuki, 7e de la course de Valence, a fait le strict nécessaire pour prendre les quelques points qu’il lui suffisait pour être sacré pour la première fois en MotoGP, et pour la deuxième fois de sa carrière après son titre en Moto3. Il devient ainsi le premier pilote à réussir ce doublé si rapidement.
Peu de pilotes ont réussi à remporter deux championnats du monde au cours de leurs cinq premières années. Dans l’histoire récente, seuls Valentino Rossi, Marc Márquez, Dani Pedrosa, Max Biaggi, Loris Capirossi, Fausto Gresini, Manuel Poggiali, Eddie Lawson et Wayne Rainey l’ont obtenu, mais seuls les deux derniers en ajoutant un titre en catégorie reine.

Joan Mir est le quatrième espagnol à remporter le Championnat du Monde dans la catégorie reine. Álex Crivillé a été le premier en 1999 en 500 cm3. Puis Jorge Lorenzo l’a fait à trois reprises (2010, 2012 et 2015), et Marc Márquez fut le troisième avec ses six titres (2013, 2014, 2016, 2017, 2018 et 2019). Il fait aussi coup double en offrant le premier titre pilote de Suzuki après 20 années de disette et aussi le titre constructeur dont le dernier acquis remonte à 1982. Un titre qui intervient dans une saison ou la firme d’Hamamatsu célèbre son centenaire en tant que marque et son 60e anniversaire en Championnat du Monde. Joan Mir peut désormais mettre son nom aux côtés de Kevin Schwantz, Kenny Roberts Jr, Barry Sheene, Franco Uncini et Marco Lucchinelli en tant que champion du monde Suzuki.

Photos MotoGP/Michelin/Khalad

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*