MOTOGP GRAND-PRIX DE GRANDE BRETAGNE : Alex Rins apprend vite

Deuxième victoire d’Alex Rins (Suzuki) qui a réussi la feinte parfaite pour disposer de Marc Marquez (Honda) . Encore une place de dauphin pour le champion du monde qui perd une deuxième course consécutive au dernier virage, mais cette fois, c’est encore plus étonnant que ce qu’Andrea Dovizioso (Ducati) a montré en Autriche. Avant la courbe qui précède la ligne d’arrivée, Marc Marquez réussissait parfaitement à contrôler son compatriote, en excellant dans un jeu de stratégie-psychologie, mais à l’attaque, le pilote Suzuki fait mine de passer à l’extérieur et place sa machine parfaitement à l’intérieur pour venir souffler la victoire de seulement à 13 millièmes.

L’épilogue d’un Grand-Prix marqué par un grand frisson au départ avec l’accident provoqué involontairement par le jeune français Fabien Quartararo (Yamaha Petronas) qui chute impliquant Andre Dovizioso (Ducati) qui ne peut éviter la collision avec la Yamaha du jeune pilote à terre. L’italien tombe violemment après le choc tandis que sa moto prend feu instantanément. Heureusement, plus de peur que de mal… Remonté très fort à la mi-course, Maverick Viñales (Yamaha) finit la course dans les échappements de la paire Alex Rins-Marc Marquez et complète un podium 100 % espagnol. Un petit sourire pour le constructeur Yamaha qui espérait toutefois faire encore mieux eu égard aux attentes de la veille avec les performances de Fabio Quartararo et de Valentino Rossi.

Photos: MotoGP/Michelin/DR

Avec ce nouveau revêtement, le choix de pneus avant le départ fut presque sans ambiguïté. Après les bons envols de Marc Marquez (Honda), Valentino Rossi (Yamaha) et Alex Rins (Suzuki), la chute du jeune français Fabio Quartararo vint brouiller les cartes en perturbant le début de course des pilotes suivants. Les trois pilotes en tête continuent toutefois de cravacher et le rythme imprimé est cependant difficile à tenir pour le vétéran italien qui lâche prise peu à peu. Marc Márquez, ne réussit jamais à creuser l’écart sur son compatriote Alex Rins et a même brièvement cédé sa première place au 9e tour avant de récupérer son bien. Sous la barre record des deux minutes au tour, les deux catalans sont pratiquement hors d’atteinte.

Jeu tactique à 300 kmh

Maverick Viñales (Yamaha) se réveille et passe son coéquipier sans coup férir et remonte sur ses deux compatriotes devant. Franco Morbidelli (Yamaha Petronas) est proche de Valentino Rossi, mais ne peut pas le coller, mais il défend bec et ongles sa 5e place face au local Cal Crutchlow (Honda LCR) et Jack Miller (Ducati Pramac). Plus loin le français Johan Zarco (KTM) déjà en délicatesse avec son team fait une grossière erreur lors du dépassement de Miguel Oliveira (KTM) avec comme résultat les deux pilotes à terre. La fin de course est magnifique avec le mano à mano entre la Suzuki d’Alex Rins et la Honda de Marc Marquez.

Photos: MotoGP/Michelin/DR

Les deux leaders se cherchent tactiquement sur tous les coins du circuit de Silverstone. Alex Rins prit de nouveau le leadership dans l’avant-dernier tour, mais la réplique de Marc Márquez fut immédiate quelques virages plus loin. Le champion du monde donne l’impression de jouer avec son adversaire du jour avant le coup fatal, mais c’est l’inverse qui se produit avec une feinte intelligente et bien calculée du pilote Suzuki dans le dernier virage qui lui offre la victoire pour seulement 0,013 seconde, chapeau !! Maverick Viñales (Yamaha) suit à une seconde et complète ce podium 100 % espagnol, devant Valentino Rossi (Yamaha) Franco Morbidelli (Yamaha Petronas) , Cal Crutchlow (Honda LCR). Danilo Petrucci (Ducati) très en retrait depuis quelques courses parvient toutefois à passer Jack Miller (Ducati Pramac).
Après cette deuxième place consécutive, Marc Marquez (Honda) prend une sérieuse option sur un 6e titre. Outre ce dernier qui s’envole au championnat, Alex Rins (Suzuki) voit ses ambitions à la hausse en se rapprochant de son rival Italien Andrea Dovizioso (Ducati), lequel vient de prendre un double K.O. Une 2e victoire cette année qui lui permet de prendre ainsi la 3e place au classement provisoire du championnat.

Photos: MotoGP/Michelin/DR

« C’est incroyable, je n’ai pas de mots », raconte le vainqueur espagnol à l’arrivée. « J’ai failli faire une grosse erreur dans l’avant-dernier tour, mais je savais que j’étais plus rapide que lui et je l’ai eu ! » ,P
« Mon but n’était pas la course, mais le championnat », relativise le champion du monde Marc Marquez qui dispose désormais d’une avance de plus de 3 Grand-Prix soit 78 points sur son dauphin italien.

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*