MOTO CHAMPIONNAT DU MONDE SUPERBIKE 2019 : LE BON CHOIX DE BAUTISTA

 

Le championnat du monde de Superbike 2019 laisse entrevoir d’emblée une saison intéressante et pleine de surprises. Pour commencer, nouveau venu dans ce championnat et transfuge du MotoGP, Alvaro Bautista (Ducati) a annoncé déjà la couleur depuis les essais avant-saison avec une belle domination. La confirmation des prédispositions du pilote Ducati s’est confirmée en course, sur la piste australienne de Philip Island, le pilote espagnol n’a fait aucun détail avec un hat-trick quasi-parfait ce week-end en gagnant toutes les courses avec la manière. Dominé seulement en superpole par les deux Kawasaki officielles des britanniques Jonathan Rea et Leon Haslam, le néo-pilote Superbike au guidon de la nouvelle arme du constructeur de Bologne a réalisé un vrai festival sur l’un de ses circuits fétiches pour retrouver la voie d’un succès qui le fuit depuis une dizaine d’années. En outre, il devient le quatrième pilote Superbike à gagner dès sa première course, avant lui, se succèdent le japonais Yuichi Takeda (1996), l’américain John Kocinski (1996) et l’italien Max Biaggi (2007).

Alvaro Bautista a confirmé qu’il était déjà très en forme dans ce championnat du monde Superbike. Le pilote espagnol de la région de Tolède, âgé de 34 ans au guidon la nouvelle Ducati Panigale V4 R a mené la première course de bout en bout, avec une telle démonstration de puissance que ses rivaux ont du se battre juste pour les accessits. An départ, le pilote Ducati réussit à se débarrasser des deux pilotes Kawasaki en dépassant d’abord Leon Haslam au premier freinage et Jonathan Rea dans la foulée avant de prendre son envol laissant ses poursuivants sur place incapables de suivre le rythme imposé par l’ancien pilote de MotoGP. À la fin du 4e tour, Alvaro Bautista avait déjà construit une belle avance de trois secondes, tandis que la distance passait à huit secondes au 7e tour. Derrière, la bagarre fait rage entre les deux coéquipiers Kawasaki, qui se passent et repassent, mais Leon Haslam se loupe et laisse le champion du monde sortant filer vers la deuxième place. Une place de dauphin très convoitée notamment par les pilotes Yamaha, Alex Lowes et Marco Melandri, mais le recordman de victoires tient le coup et termine 2e alors que le britannique Alex Lowes (Yamaha) perd une 3e place quasi-acquise contre le virulent italien Marco Melandri (Yamaha) lors du dernier tour. L’autre pilote Yamaha Michael van der Mark termine cette première manche 5e, suivi du pilote turc Puccetti Kawasaki, Toprak Razgatlioglu. Le pilote officiel BMW Tom Sykes ancien coéquipier du nord-irlandais Jonathan Rea termine 7e, tandis que le champion du monde supersport 2018, l’allemand Sandro Cortese (Yamaha) fini 8e. A noter la contre-performance du gallois favori et collègue du vainqueur chez Aruba.it Racing Ducati, Chaz Davies qui conclu cette course à la… 10e position. Au terme de cette première course de 22 tours, Alvaro Bautista passe la ligne d’arrivée sur la roue arrière, avec près de 15 secondes d’avance sur Jonathan Rea, un boulevard !!

On reprend les mêmes…

La nouvelle course sprint de 10 tours du dimanche matin ne fut qu’une formalité pour Alvaro Bautista qui s’impose encore devant Jonathan Rea (Kawasaki) suivi de Leon Haslam (Kawasaki). Avec un départ dans l’ordre de la superpole, la recrue espagnole du Team Aruba.it Racing Ducati a collé au train des deux anglais de Kawasaki ainsi que celui de leur incisif confrère de chez Yamaha Alex Lowes. Mais en à peine six tours, après un mano à mano avec le quadruple champion du monde, l’espagnol a mis un coup de collier imparable à la mi-course pour pour passer devant le drapeau à damiers avec plus d’une seconde d’avance sur le pilote Kawasaki. Pour le podium, pas moins de cinq enragés, Leon Haslam (Kawasaki), Alex Lowes (Yamaha) , Michael Van der Mark (Yamaha), Sandro Cortese (Yamaha) et Marco Melandri (Yamaha) se sont disputés la place, mais au final, Leon Haslam est rapidement parvenu à leur échapper.

La deuxième course prend compte du classement de la précédente petite course sprint. Alvaro Bautista (Ducati) démarre donc pour les 22 tours devant le duo anglais de Kawasaki. En l’espace d’une boucle du superbe circuit australien, il creuse une marge conséquente de près de 2 secondes dans un rythme impressionnant et au fil des tours poursuit son avance pour s’imposer avec plus de 12 secondes devant Jonathan Rea (Kawasaki) vainqueur du duel entres coéquipier. Plus loin, on trouve les trois Yamaha de front et c’est le néerlandais Michael Van de Mark (Yamaha) qui règle tout ce petit monde devant Alex Lowes et Marco Melandri. À noter, un léger mieux pour le gallois Chaz Davis (Ducati) dont la cadence en course était bien meilleure que celle de la veille, il termine à une méritante 7e place. Les nouvelles Honda et BMW officielles ne récoltent pas les lauriers attendus, mais ce n’est que la première épreuve de la saison, la suite devrait être meilleure.
Vainqueur sans partage, ici en Australie, Alvaro Bautista (Ducati) a visiblement fait le bon choix de partir sur le championnat du monde de Superbike. Sans connaître cette nouvelle moto, ni les pneumatiques Pirelli, il a réussi en l’espace de trois mois à résoudre une équation à deux inconnues qui s’est dressée devant lui. Chapeau bas !! La domination d’Alvaro Bautista (Ducati) en Australie confirme sans doute qu’il sera le challenger immédiat du multiple champion nord-irlandais Jonathan Rea (Kawasaki). Un atout de choix pour l’équipe Ducati, qui va enfin s’appuyer sur son nouveau pilote pour tenter de récupérer un 18e titre mondial qui lui fait défaut depuis 2011.

Je suis très heureux de cette victoire, car c’est ma première course dans ce championnat Superbike. Nous avons travaillé très fort pendant les essais d’hiver. Ducati a travaillé dur pour me donner une moto compétitive dès la première course !“ dit-il ravi. Il renchérit: “ C’était la première fois que je roulais sur cette piste avec la nouvelle moto, et je me suis senti, de suite à l’aise et j’ai pu garder le rythme pendant de nombreux tours afin de prendre une avance suffisante sur mes rivaux“. „Si on m’avait dit avant d’arriver en Australie que nous ferions un week-end comme cela, je ne l’aurais pas cru !“, conclut-il heureux. 

Pour le champion sortant Jonathan Rea: „Ce n’est clairement pas la meilleure course pour moi, mais j’ai réalisé la pôle et décroché trois secondes places. Je ne pouvais pas espérer mieux. C’est un très bon week-end et toutes mes félicitations à Álvaro.“

„La course a été marrante, nous avons eu une belle bagarre avec Johnny. J’ai tout donné, mais il n’est pas quatre fois, champion du monde pour rien“, s’amuse Leon Haslam

Photos: Worldsbk/Getty/Ducati/Yamaha/BMW/Honda-racing/Kawasaki/DR

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*