L’exposition Andrea Radermacher-Mennicken

Du 2 avril au 8 mai 2021, la galerie delphine courtay organise la première exposition solo en France de l’artiste belge Andrea Radermacher-Mennicken.


L’exposition ach so ! questionne la manière dont nous vivons nos relations à l’autre, en nous confrontant à nos systèmes de communication.
Sa nouvelle série d’objets et installations, images gravées, photographiées ou peintes, mettent en scène les échanges intergénérationnels. L’artiste joue avec les éléments du langage, ses symboles, ses images qu’elle combine entre eux avec des matériaux aux textures surprenantes.
L’artiste ne cesse de nous étonner par sa manière ludique de détourner les codes, les formes et les significations de ce qui nous est familier. Des associations surprenantes peuvent alors déclencher en nous des souvenirs, des sentiments et des idées nouvelles.
La galerie est honorée d’accueillir en ses murs cette nouvelle exposition, fruit d’une belle collaboration avec l’artiste depuis leur rencontre en 2019. Trois expositions collectives ont déjà permis de faire remarquer son travail, à la galerie (exposition How We Love en 2020 & Booth E14 en 2021) ainsi qu’en digital lors du salon 3D Luxembourg Art Week 2020.
« Mes images gravées, photographiées ou peintes, mes objets et installations questionnent les relations intergénérationelles. Mes recherches reposent sur un postulat élémentaire : toute relation nécessite une communication.
Une communication réussie est étroitement liée à la capacité de savoir se présenter et de créer des profils attrayant qui peuvent (et doivent) être adaptés au fil du temps. Ce qui compte en première analyse n‘est pas tant qui nous sommes vraiment, mais ce que nous voulons être et la manière dont nous sommes perçus par les autres.
Je remarque aussi que le défi de la présentation de soi s’avère souvent plus diffcile pour les personnes âgées.
Les évolutions récentes dans les supports d’échange, en particulier ceux liés aux medias informatiques, amplifient les problèmes de communication de toute une partie de la population « senior » avec le risque de se sentir exclue. Ce sentiment me semble également s’accentuer chez les femmes qui, vieillissantes, peuvent se trouver d’autant plus « invisibles ». Le passage d’une génération à l’autre est un aspect important de notre vie. Pour moi, notre société définit la jeunesse comme une somme de possibilités, de chances, de potentiels
; « le jeune » est assimilé à « l’avenir ».
La communication et la manière dont nous utilisons les éléments du langage, les symboles, les images analogiques et numériques font partie des aspects essentiels de mon travail. Ceci non seulement sous la forme de combinaisons de mots et d‘images, mais aussi dans le maniement ludique de codes, de significations ou de formes caractéristiques. Des associations surprenantes déclenchent en nous des souvenirs, des sentiments et des idées nouvelles.
Cette expérimentation du langage et de l‘image ne se limite pas à l‘utilisation de l‘écriture, des symboles et des formes de caractères ; la sélection spécifique des matériraux, des textures et même des sons complète le langage de mon univers visuel. »

Biographie
Andrea Radermacher-Mennicken est née en 1964 à Eupen en Belgique.
Elle vit et travaille à Raeren en Belgique (communauté germanophone).
Langue maternelle : allemand
Distinctions :
« Künstlerin Ostbelgiens 2020-2023 », Ministère de la Culture, projet commun avec Tanja
Mosblech intitulé Hyperbild
Feministarprize IKOB 2019 – prix régional du musée d‘art contemporain IKOB Eupen, Belgique
Lauréate du „Prix de la Création“ de la ville de Liège dans les années 2018, 2016 et 2015
Prix Horlait 2014/15
Prix Pauline Jamar 2013
2012 nominée pour le Prix Marie-Louise Rousseau, Ixelles
Collections publiques :
IKOB – collection de l‘université technique de Darmstadt – collection de la communauté
germanophone – collection de la province de Liège – Artothèque de la province de Liège
– Musée du petit format d‘art contemporain
Résidences artistiques :
août 2018 camp d‘artiste mermermer
sept.-oct. 2017 Künstlerwerkstatt II, résidence d‘artiste KuKuK
été 2015 résidence d‘artiste Xu Yuan, Beijing, Chine
Etudes artistiques :
2015 master en arts plastiques, visuels et de l‘espace – option gravure à l‘Académie des
Beaux-Arts Liège (ESAL)

 

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*