LEONARD PARIS – PRINTEMPS/ÉTÉ 2020

Depuis 1958, Leonard Paris est reconnu dans le monde entier pour la puissance de ses imprimés floraux luxuriants et son interprétation de la féminité. De Paris à New York, de l’Islande à la Polynésie, de l’Europe à l’Asie et à l’Afrique, la femme Leonard parcourt le monde parée de couleurs vives et de motifs inspirés des archives de la Maison, riche de plus de 5 000 motifs originaux.

Pour le printemps 2020, la Directrice de création Christine Phung ajoute des détails sportifs et high-tech adaptés au quotidien. Une garde-robe séduisante, rappelant l’énergie des années 70 avec modernité. « Ce qui m’intéresse vraiment, c’est la quête de liberté des femmes de cette époque : c’était une période de joie de vivre, d’euphorie et de liberté », explique la créatrice.

Des motifs pointillistes, fracturés comme les facettes d’une boule disco, des ondes sonores dynamiques et colorées et des motifs pixélisés capturent le rush d’une nuit en ville, évoquant des images de Bianca Jagger, Farrah Fawcett, Grace Jones et Donna Jordan, la muse androgyne aux cheveux platine d’Andy Warhol.

Revisités à des échelles et des proportions nouvelles, quatre motifs emblématiques de la Maison Leonard s’emparent de la collection tandis que le flou se structure. Les tissus fluides et les coupes ajustées évoquent l’émancipation et l’athlétisme, des brassières inspirées du yoga à la robe plongeante dos-nu en voile de soie plissée, la taille cintrée par un bandeau imprimé d’un dessin au motif emblématique de Léonard Paris.

La disposition experte des fleurs – orchidées, lys et oiseaux de paradis – renforce la sensualité des silhouettes mêlant coupes ajustées et drapés. Les pastels se mêlent à des couleurs plus fortes ; une blouse jaune canari comme une cape soulignée d’une bande imprimée ; une robe noire aux épaules dessinées s’accorde une touche de fantaisie avec un imprimé fragmenté. Un manteau de soirée technique ultra-fin en taffetas à la finition miroir scintille au fur et à mesure qu’il définit la silhouette, tandis qu’un imprimé jacquard recoloré lui apporte une touche plus discrète. Les broderies minutieuses fusionnent avec les imprimés, le sportswear avec les franges, les drapés asymétriques et les finitions lamées évoquent le mouvement, et les jacquards brillants semblent prêts à danser jusqu’à l’aube.

SPRING/SUMMER 2020

Since 1958, Leonard Paris has made its name the world over by celebrating the power of bold prints and interpreting femininity through the exotic flora of lush gardens and jungles. From Paris to New York, Iceland to Polynesia, and Europe to Asia and Africa, the Leonard Paris clientele travels the globe in vivid colors and patterns informed by the House’s rich archives of more than 5,000 original motifs.

For Spring 2020, designer Christine Phung injects the label with hightech, sporty twists for today’s active lifestyles. A seductive, modern, day-to-night wardrobe centers on reinterpreting the energy of the Seventies through a modern prism. “What really interests, me is women’s quest for liberty in that period: it was a time of joie de vivre, euphoria and freedom of movement,” the designer explains.

As if fractured by the facets of a disco ball, painterly Pointillist motifs, pulsing, colorized sound waves and pixelated patterns capture the rush of a night on the town, conjuring images of Bianca Jagger, Farrah Fawcett, Grace Jones and Donna Jordan, Andy Warhol’s androgynous, platinum muse.

Revisited in new scales and proportions, four quintessential Leonard motifs gain fresh currency while flou takes on new structure. Fluid fabrics and fitted cuts embrace athleticism and emancipation, from yoga-inspired brassieres to a plunging halterneck dress in pleated silk voile, its waist cinched with a signature Leonard patterned band.

The expert anatomic placement of flowers — orchids, arum lilies, and birds-of-paradise — adds to the sensual appeal of silhouettes that blend body-con and draping. Pastels mingle with stronger colors; a canary yellow blouse with print trim displays the ease of a cape; a sharp-shouldered black gown indulges flights of fancy in fragmented panels of print. An evening coat in super-fine technical taffeta with a mirror finish glistens as it defines the silhouette, while a re-colorized, printed jacquard lends a discreet edginess. Elaborate embroideries merge with prints, sportswear fuses with fringe, asymmetrical draping and laminated finishes conjure movement, and glossy jacquards look ready to dance ‘til dawn.

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*