GRAND-PRIX D’AUSTRALIE MOTOGP: Le saut de kangourou pour Maverick Viñales

Étonnant retour aux affaires de l’Espagnol Maverick Viñales fort de sa victoire dimanche au Grand Prix MotoGP d’Australie devant les Italiens Andrea Iannone (Suzuki) et Andrea Dovizioso (Ducati). Une victoire synonyme de rédemption pour ce pilote qui cette saison oscille entre le chaud et le froid avec enfin une machine conforme à ses attentes ce week-end. Le jeune espoir espagnol retrouve une donc une bonne Yamaha sur le magnifique circuit de Phillip Island, près de Melbourne. Est-ce la fin d’une disette de 25 courses pour la firme d’Iwata ? Pas si sûr, mais de réels progrès ont permis à la Yamaha M1 de réduire l’écart avec les autres motos d’usine, tout en étant moins compliquée à régler.
Une course disputée sous un soleil revenu, après deux jours d’un temps hivernal fait de vent froid et d’averses, avec le départ canon de Danilo Petrucci (Ducati Pramac) surprenant les ténors, mais ce fut de courte durée puisque l’italien un peu trop optimiste au freinage part tout droit dans les graviers, laissant le terrain libre à son coéquipier local Jack Miller. Les autres suivent et le récent titré auréolé de la pile position Marc Marquez (Honda) refait son retard et récupère une meilleure place en se frayant un chemin entre les deux Suzuki, la Yamaha de Valentino Rossi et la Ducati d’Andrea Dovizioso. Quelques tours ensuite, collé derrière la paire Marquez/Dovizioso un groupe bien rapproché de pas moins de cinq machines joue le yo-yo avec le phénomène d’aspiration. Peut-être trop, car même si ces pilotes sont de vrais funambules, le risque zéro n’existe pas.

Photos: MotoGP/GoldandGoose

Le vol plané de Johann Zarco

Au sixième tour, Johann Zarco (Yamaha Tech3), fut éjecté de sa moto à près de 300 km/h. Au bout de la ligne droite des stands, presque soudé à l’arrière de la Honda du champion catalan, le pilote français fut surpris par le freinage de Marc Marquez. Un vol terrifiant, mais sans dommage pour le pilote Tech3 qui ne s’est pas blessé dans cette chute très spectaculaire. Même s’il n’est pas tombé après cette frayeur, Marc Marquez ne pouvait plus piloter sa machine affublée de dommages arrière irréversibles, il prit donc la sage décision d’abandonner.Après un tiers de la course, les Yamaha en forme olympique commencent à prendre un gros rythme avec Maverick Viñales qui devance son coéquipier italien Valentino Rossi et la Suzuki d’Andrea Iannone toujours aussi véloce ici. Tandis que derrière eux, c’est la guerre „rouge“ entre les deux Ducati officielles et celle de l’australien Jack Miller qui joue à domicile.

La suite voit la Suzuki d’Andrea Iannone tel une fusée remonter tout ce beau monde hormis l’espagnol de Yamaha qui a déjà creusé un petit écart. Remplaçant de luxe de Jorge Lorenzo, Alvaro Bautista très à l’aise avec une moto d’usine se bat sans crainte contre son alter ego l’italien Andrea Dovizioso. Et dans ce groupe de cinq, chacun y joue sa partie pour les places restantes sur le podium. Confirmant ses velléités sur ce tracé tout le week-end-en dépit de quelques erreurs d’excitation, le pilote italien de Suzuki fini la course en deuxième position devant son compatriote de Ducati Andrea Dovizioso. La quatrième place revient au pigiste de luxe Alvaro Bautista (Ducati) qui n’aura pas faillit à cette opportunité, suivi d’Alex Rins (Suzuki) incisif sur le vétéran Valentino Rossi dans une belle bagarre pour cette quatrième place. Jack Miller complète le top sept et prend la première place des teams privés, épilogue d’une course fastueuse sur une piste où le talent compte avant tout..

Photos: MotoGP/GoldandGoose

Au classement du championnat, derrière le catalan Marc Marquez (Honda) déjà assuré de son sacre, Andrea Dovizioso (Ducati) prend un peu de marge pour la place de dauphin, par rapport à son compatriote et néanmoins rival Valentino Rossi (Yamaha). À deux épreuves de la fin de saison, le moindre point vaudra de l’or.

Valentino Rossi (Yamaha) détaille sa contre performance: „Malheureusement, dès le premier tour j’ai commencé à trop glisser à l’accélération, J’ai perdu du grip par rapport aux essais. C’est dommage, j’ai essayé de piloter de façon plus douce, pour gérer le pneu mais malheureusement après 15 tours, j’étais en difficulté en sortie des virages à gauche avec trop de patinage. Après les deux tiers de la course ça devenait de plus en plus difficile de garder le bon rythme.“
Pour Johann Zarco (Yamaha Tech3) qui assume pleinement son erreur de jugement: „Nous allions tellement vite, quand nous avons freiné au premier virage, j’ai touché la roue arrière de Marc et j’ai totalement décollé. C’était une grosse chute pour moi, mais je suis OK et c’est le plus important comme cette chute était vraiment à haute vitesse. C’est un accident, nous allions si vite et il n’y avait pas beaucoup d’espaces entre les pilotes“
„J’ai totalement détruit l’arrière de sa moto“, ajoute le Français, qui s’est excusé auprès du Champion du Monde, lequel la rapidement pardonné.
“ J’ai senti un contact de l’arrière“, révèle Márquez. „J’étais énervé sur le coup car je n’étais plus en mesure de continuer car mon siège était totalement détruit, Il bougeait beaucoup et il m’était impossible de piloter convenablement. C’était aussi compliqué en raison du mouvement, il pouvait se casser totalement et cela devient très dangereux.“ assure le pilote catalan.
“ C’était totalement un incident de course car l’on arrive très vite à cet endroit du circuit“, estime le Champion du monde dans son box après avoir visionné les images. il reprend: „on s’en sort bien,  c’est le plus important…“

Photos: MotoGP/GoldandGoose

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*