FORMULE 1/INDYCAR: Takuma Sato, Le dernier samourai

Takuma Sato est LE pilote fétiche de Honda. Tellement aimé, par le premier constructeur japonais, qu’il a non seulement soutenu, sa carrière junior, l’a amené en Formule 1, et même mis en place une équipe pour le diriger. Aujourd’hui encore, Honda continu également de le soutenir en IndyCar et récolte encore les fruits de son choix affectif.Après avoir remporté son 2e 500 Miles d’Indianapolis à l’âge de 43 ans, Takuma Sato estime qu’il peut encore s’améliorer et atteindre de plus grands sommets dans le monde de la course…
Takuma Sato voulait devenir cycliste mais à 19 ans, en essayant un karting, il change d’avis et décide de passer aux quatre roues. Dominant les formules de promotion, il remporte une bourse de course à Suzuka en 1997 qui lui permet de disposer d’un baquet entièrement payé en F3 japonaise. Une opportunité qu’il décline pour se rendre en Europe.

Photos: Darron Cummings/AP/AFP/XPBCC/Icon Sport/DPPI/Indy Car/USA Todat/Motorsport/DR

Afin d’y tenter sa chance. Takuma Sato s’est fait connaître pour la première fois en attaquant la F3 britannique de fort belle manière en 2001, ce qui lui a valu de sauter directement en Formule 1 avec l’écurie Jordan dont les voitures étaient propulsées par une mécanique Honda en 2002. Ce fut le début d’un schéma frustrant alors qu’il luttait pour montrer une certaine cohérence, en effet, son passage dans l’élite fut compliqué, Takuma Sato a un peu de mal à contenir sa fougue et multiplie les déconvenues lors de sa première saison au grand dam d’Eddie Jordan. Malgré tout, pour le dernier Grand Prix au Japon devant son public, le pilote japonais fait une superbe démonstration en arrachant la 5e place et en offrant à Jordan par la même occasion la 6e place du championnat constructeurs. En 2003, sans volant, il trouve refuge chez BAR/Honda, comme pilote essayeur. Cette année-là, il dispute son Grand-Prix national à Suzuka, en remplaçant au pied levé le champion canadien Jacques Villeneuve, et obtient une belle 6e place finale. Confirmé en tant que coéquipier du britannique Jenson Button en 2004, le pilote japonais montre l’étendu de son talent cette saison. Ultra rapide, il se bagarre aux avant-postes, mais est souvent trahi en course par sa mécanique fragile. Mais dans le cas contraire, il termine souvent bien placé. Avec 34 points marqués et sa 8e place au classement final (meilleure performance d’un pilote japonais), il gagne la confiance de l’écurie BAR/Honda qui lui renouvelle sa confiance pour l’année suivante, Une année 2005 aussi fructueuse pour le véloce pilote nippon, avec une 3e place finale lors du Grand Prix des Etats-Unis où il devient ainsi le second japonais de l’histoire après Aguri Suzuki à monter sur un podium de Formule 1. Hormis une mécanique encore récalcitrante, il mène même certaines épreuves où il fait preuve d’un pilotage osé et agressif. Des qualités indéniables qui ne vont pas de pair avec son écurie. Cette dernière, affublée par des problèmes techniques, ne convient plus au pilotage de Takuma Sato et met en avant tous ses travers, comme des accrochages à répétitions.

 

Photos: Darron Cummings/AP/AFP/XPBCC/Icon Sport/DPPI/Indy Car/USA Todat/Motorsport/DR

Ne faisant plus partie du plan de BAR/Honda en 2006, le pilote rebondit grâce encore à Honda chez Super Aguri, une petite écurie 100 % japonaise dirigée par l’ancien pilote Aguri Suzuki et soutenue financièrement par le constructeur. Avec un châssis suranné issu des vieilles Arrows, Takuma Sato traîne sa misère en fond de grille et termine les courses lorsqu’il y parvient, bon dernier. En reprenant une base de la BAR/Honda de 2005, la monoplace est foncièrement meilleure et Takuma Sato marque à deux reprises des points cette saison. Pourtant, l’équipe en proie à des soucis financiers, fermera ses portes début 2008. En recherche d’un nouveau volant, la piste Toro Rosso pour 2009 lui passe sous le nez et comme les sièges disponibles en Formule 1 sont plus que rares, il préfère s’expatrier au USA en IndyCar. Un choix par défaut qu’il a eu du mal a concrétiser mais à force de persévérance et d’opportunité, il s’inscrit désormais comme une valeur sure dans le championnat américain.

Pilote Indy reconnu

Premier pilote japonais à remporter la prestigieuse course des 500 Miles d’Indianapolis en 2017, il récidive sa performance cette année et ce de belle manière.
“ Les gens de la scène automobile américaine me disent que gagner les 500 Miles pour la deuxième fois est une très grosse affaire. Il me faudra peut-être un certain temps pour vraiment apprécier la signification. Cette fois, j’ai pu mener jusqu’au bout, c’était une performance beaucoup plus complète“, a déclaré Takuma Sato
Alors que la série IndyCar a vu de nombreux pilotes sortir du lot à un jeune âge, Takuma Sato assure qu’il ne se sent pas désavantagé et que le meilleur est à venir.
J’ai acquis de l’expérience pour les courses ici et je me suis définitivement amélioré au volant, je suis capable de m’adapter rapidement aux conditions de course, qui changent constamment. Je sens que je peux continuer à devenir encore un meilleur conducteur“, annonce le double vainqueur des 500 Miles.
Takuma Sato a remporté son premier succès dans le célèbre anneau d’Indianapolis au volant d’une monoplace de l’écurie d’Andretti Autosport en 2017, avant de passer l’année suivante dans son équipe actuelle, Rahal Letterman Lanigan Racing.
Un 2e passage pour lui dans cette écurie dont les propriétaires comprennent Bobby Rahal, vainqueur de l’Indy 500 en 1986, et l’ancien animateur de talk-show télévisé David Letterman
„J’ai eu une chance de gagner les 500 Miles en 2012, alors que je faisais partie de l’équipe actuelle, mais j’ai perdu la tête dans le dernier tour et j’ai abandonné. C’était assez spécial de monter sur la plus haute marche du podium avec l’équipe après huit ans d’attente,“ se réjouit le pilote japonais.
Ayant gagné l’admiration des fans de ce monument, par ses performances audacieuses au fil des ans, Takuma Sato a cette fois célébré sa victoire sur la célèbre piste devant des stands vides en raison de la pandémie de coronavirus.
„Ce fut, une année, difficile, je suis reconnaissant d’avoir pu courir et je serais heureux si ma conduite apportait du plaisir à quelqu’un, j’espère pouvoir viser encore la victoire l’année prochaine tout en créant cette fois un sentiment de connexion avec les fans sur la piste.“
Takuma Sato qui le meilleur palmarès pour un pilote de Formule 1 japonais, avec une 8e place au championnat des pilotes 2004, garde toujours un œil sur la Formule 1. Il a exprimé son enthousiasme pour l’avenir de son compatriote Yuki Tsunoda, âgé de 20 ans, qui pilotera pour AlphaTauri en Formule 1 la saison prochaine.
“ Pour lui, atteindre la Formule 1 à l’âge de 20 ans, à un âge où je venais d’entrer à l’école de course et de commencer la compétition, c’est à un autre niveau, il va continuer à évoluer en tant que pilote. J’ai hâte de le voir se développer“, atteste l’ancien pilote. 
Malgré l’approche de l’extrémité opposée de son propre parcours de carrière, le vétéran pilote nippon reste toujours concentré sur l’avenir, y compris la possibilité de remporter un jour le championnat général de la série IndyCar.
„J’ai besoin de continuer à m’améliorer, mais cela reste un objectif. Dans cette série, il n’y a que de petites différences dans les performances des véhicules, ce qui signifie que toute équipe a une chance de gagner. Si nous maximisons nos points forts, nous pouvons rivaliser avec les grandes équipes „, promet t-il confiant. 
Vaincre une deuxième fois le prestigieux anneau d’Indianapolis est un exploit à souligner d’autant plus qu’il ne l’a pas fait par chance, ni par stratégie, mais parce qu’il était sans doute au dessus du lot ce jour-là et son expérience et sa pointe de vitesse ont fait le reste. Populaire et icône japonaise, à 43 ans, Takuma Sato est loin du crépuscule de sa belle carrière, son amour pour la course, le pousse à continuer l’aventure surtout qu’il possède encore une belle marge de progression et une sacrée pointe de vitesse.

Photos: Darron Cummings/AP/AFP/XPBCC/Icon Sport/DPPI/Indy Car/USA Todat/Motorsport/DR

Pièce de musée

À la demande de Honda, partenaire moteur du team Rahal Letterman Lanigan, la monoplace Dallara DW12-Honda n°30 de Takuma Sato victorieuse des derniers 500 Miles d’Indianapolis a été retirée du paddock. Le châssis n°IR12-066, qui a conduit le natif de Tokyo à sa seconde victoire aux légendaires 500 Miles a été expédié au Japon où il finira sa vie dans sa nouvelle maison au Musée Honda de Motegi. “ L’équipe est vraiment heureuse de notre victoire aux 500 Miles et honorée que notre monoplace Rahal Letterman Lanigan soit éxposée dans le musée Honda“, a déclaré content Ricardo Nault (Team Manager de RLL). En rajoutant : „Nous avons été la première équipe à remporter les 500 Miles pour Honda en 2004 avec Buddy Rice, et la dernière, donc le faire avec Takuma est tout un honneur.“
La monoplace a été conservée dans son jus avec les spécifications de la course, seules quelques modifications mineures ont été apportées à la voiture avant son voyage au Japon. Honda voulait la voiture victorieuse telle quelle, il voulait simplement y apporter un différentiel à la place de la bobine afin que la voiture puisse être conduite sur la route occasionnellement.

Photos: Darron Cummings/AP/AFP/XPBCC/Icon Sport/DPPI/Indy Car/USA Todat/Motorsport/DR


Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*