FOOTBALL LIGUE DES CHAMPIONS : ZINEDINE ZIDANE HAT-TRICK OU LE COUP DU CHAPEAU !!

Zidane, un nom que tous les français et étrangers connaissaient déjà très bien. Quel destin pour ce natif de Marseille aux parents algériens de Kabylie, devenu pour le monde entier une icône au delà du football. Comment croire que le discret entraineur du Real de Madrid vient d’entrer un peu plus, dans la légende de son sport ? Lui déjà grand joueur talentueux paradoxal à la fois calme et impulsif, qui en 1998 propulse la France sur le toit du monde. Surdoué dans le jeu et souvent décisif comme le soir de 12 juillet 1998, grâce à deux coups de tête en finale. Il devient pour tous „Zizou“, l’idole de toute une foule sur les Champs-Elysées. Mais une décennie plus tard, en finale de la coupe du monde face à l’Italie, il gâche la fête après un coup de sang, en assenant également un coup de tête mais cette fois différent sur un joueur italien. Cette péripétie sonne le glas de sa carrière de joueur.

Photo:  AFP, Armando Babani ,  Luis Sevillano, Getty

Studieux et peu visible au début de sa retraite de joueur, il apprend à l’école son nouveau métier d’entraineur comme beaucoup d’anciens footballeurs. „Zizou“ gardant toujours son physique d’antan, apprend aussi à mieux communiquer, même si ce n’est pas son exercice favori. Il se montre parfaitement à l’aise dans tous exercices médiatiques dont le club est parmi les pluis sollicités. Souvent souriant, décontracte, il soigne son image sans trop en faire. Si ses débuts sur le banc du grand Real de Madrid ont fait jaser sur ses réelles aptitudes d’entraineur, les doutes se sont bel et bien envolés et il prouve aujourd’hui qu’il a la trempe des plus grands. Lors de la victoire du Real pendant les demi-finales, Zinédine Zidane annonçait : « Ce n’est pas normal d’être en finale pour la troisième fois d’affilée » sachant qu’il sera difficile de gagner en finale avec la pression de remporter la compétition trois fois consécutives. Mais malgré le difficile statut de favori de l’épreuve, le Real de Madrid, champion sortant est parvenu à gagner le match final contre une valeureuse équipe de Liverpool sur un score sans appel (3-1). De ce fait l’entraineur français „Zizou“ est devenu à 45 ans le premier technicien à réaliser l’exploit et ce en à peine deux ans et demi. Un immense champion reconverti de l’autre côté de la barrière, c’est simple : depuis ses débuts d’entraîneur en 2016, Zinédine Zidane n’a jamais été éliminé en Ligue des champions.

Ayant perdu sa voix après le match, il déclarait : « C’est un truc de fou de vivre ça. Même si on y croit et on y pense, et qu’on sait qu’avec une équipe comme ça on peut aller loin, gagner trois fois d’affilée, c’est un truc de fou. C’est fantastique. »
Désormais, lui seul est titulaire de pas moins de cinq titres de Ligue Des Champions après ceux obtenus en tant que joueur du Real en 2002 décroché d’une sublime reprise de volée et sur le banc en 2014 en tant qu’entraineur adjoint aux côtés de son mentor Carlo Ancelotti…
Réussissant à instaurer une patte caractéristique propre a son image, „Zizou“ technicien pragmatique par excellence, sans idées de jeu novatrices et en gardant plus ou moins son effectif n’a jamais faillit. Le français lui-même ancien joueur emblématique des Galactiques démontre que l’esprit de combat est la valeur la plus prolifique de cette équipe. En mettant chaque joueur devant leurs responsabilités, Zinedine Zidane a su mettre en exergue un groupe plein de talent en donnant du crédit et du vrai temps de jeu aux remplaçants que sont Lucas Vazquez, Marco Asensio, Isco, tout en gardant confiance a son ossature de base avec quelques changements tactiques quand les cadres du vestiaire semblent peu inspirés et quelques fois en difficulté (Gareth Bale, Karim Benzema), mais aussi les légendes indefectibles du club (Sergio Ramos, Cristiano Ronaldo). Des sacrifices voulus et courageux de la part de l’entraineur français qui n’ont d’égal que les résultats obtenus.

Photo:  AFP, Armando Babani ,  Luis Sevillano, Getty

tout juste 45 ans il fait désormais partie des entraineurs les plus titrés en Ligue des Champions, à égalité avec son ancien guide Carlo Ancelotti (AC Milan, Real Madrid) et l’Anglais Bob Paisley (Liverpool). Zinedine Zidane a d’ores et déjà sa place au Panthéon des meilleurs entraîneurs de l’histoire et il n’a pas encore fini d’écrire sa propre légende…

Dernière minute !!

Zinédine Zidane vient d’annoncer son départ de son poste d’entraîneur des merenges lors d’une conférence de presse informelle.
„C’est le moment pour tout le monde, pour moi, pour le club, c’est un moment important, il fallait que je parte“ annonce t-il
En ajoutant: „Cette équipe a besoin d’un changement pour continuer à gagner. L’équipe a également besoin d’un autre discours, d’une autre méthode de travail, c’est pour ça que je m’en vais. J’aime beaucoup ce club, j’aime beaucoup le président, je le remercierai toute ma vie pour ça. Je ne cherche pas une autre équipe“, a spécifié le français lors cette conférence de presse.
Zizou a évoqué une certaine fatigue mentale et une grosse pression cette saison pour justifier sa décision de départ. „Il y’a eu des moments difficiles lors de cette saison. Beaucoup de raisons ont motivé mon choix, Il faut parfois savoir s’arrêter.“
Surprise pour le président Florentino Perez qui connait mieux que quiconque le champion français : „Zinédine est venu me voir mercredi et m’a communiqué une décision inattendue. Quand il prend une décision, on ne peut que l’accepter. J’ai été choqué mais je lui transmets toute mon affection. Le Real, ça sera toujours sa maison.“ déclare t-il dépité.

Le match :

Une finale un peu tronquée et frustrante pour Liverpool avec une sortie prématurée de leur meilleur élément l’égyptien Mohamed Salah après un accrochage viril initié par le rugueux défenseur des merengues Sergio Ramos. Une première mi-temps équilibrée avec une légère domination des madrilènes.

Au retour des vestiaires, Karim Benzema a ouvert le compteur aidé par une grossière erreur du gardien de Liverpool, Loris Karius, lequel a maladroitement essayé de remettre le ballon de la main à un coéquipier devant le pied de l’attaquant Français qui n’en demandait pas tant. Quelques minutes plus tard, la réponse des anglais avec un but de Sadio Mané remet les équipes dos à dos. En faisant rentrer Gareth Bale, en lieu et place d’Isco peu inspiré, le gallois bien en jambes offre un but incroyable deux minutes après son entrée en jeu. Une spectaculaire ‚bicyclette“ dans la lucarne de ce pauvre gardien des Reds. Ensuite il récidive par une frappe de loin qui surprend le malheureux portier allemand. Un doublé historique qui fait définitivement pencher la balance du match en faveur du Real de Madrid. Une victoire méritée avec un coaching de Zinedine Zidane encore gagnant. Une victoire somme toute logique mais un peu amère pour les Reds anglais qui se sont quand même battus jusqu’au bout..Le gardien de but allemand auteur de deux bourdes s’est d’ailleurs excusé à la foule, en larmes, après le match.

« J’étais déçu de ne pas avoir été titulaire, mais je devais avoir un impact. Quand je suis rentré, c’est ce que j’ai fait. On sait ce que l’on a accompli, d’où on vient, on est déçu pour le championnat mais c’est une grande saison. » Racontait le double buteur gallois.
„Soit il a passé un marché avec quelqu’un, soit il est brillant et, malheureusement pour moi, je pense qu’il est brillant. „ Acquiesçait  impuissant Jürgen Klopp entraineur de Liverpool

Photo:  AFP, Armando Babani ,  Luis Sevillano, Getty

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*