FASHIONWEEK DE PARIS DÉFILÉ HAUTE COUTURE CHRISTIAN DIOR : Ode au féminisme

Comment ne pas de poser la question sur le pouvoir des femmes quand on voit le décor impressionnant érigé en plein cœur du Musée Rodin. Le défilé Dior haute couture printemps-été 2020 y a pris ses quartiers le temps d’une après-midi devant une gigantesque sculpture gonflable, chère à l’œuvre de l’artiste américaine féministe Judy Chicago rappelant que les femmes étaient de vraies déesses. Maria Grazia Chiuri également féministe en profite pour rendre hommage à la femme divine au pouvoir ancestral.

Photos: Imaxtree/Dior/LVMH/David Withe/Vincent Lappartient/GettyImages

„Et si les femmes dirigeaient le monde ?“ Était la question posée par Maria Grazia Chiuri lors de son défilé Dior Haute Couture printemps-été 2020. En fait, c’était une question initialement posée par Judy Chicago, cette artiste d’installation bien connue pour ses œuvres qui se concentrent sur le féminisme comme le „divin féminin “ : une performance racontant le processus de naissance et le pouvoir intense de l’utérus. Cette dernière s’est inspirée d’un utérus pour créer le décor ou plutôt une ambiance rosée et très féminine.

Une représentation grandiose ou des déesses dorées défilent sans sourciller pour présenter un show inspiré de la Grèce antique. Toute la puissance de ces femmes muées en gladiateurs coiffées pour certaines de casques en tulle et en or avec de riches draperies métalliques en soie aux franges sur des armures en miroir est ressentie par tous durant leur passage…

Péplos et symboles

 

Considérée comme une pièce intemporelle, ici, le péplo est ici transformé en une robe de soirée avec un drapé qui allonge la silhouette. Dans la continuité, une robe-chemise plissée en mousseline au sol, une robe grecque couleur gris argenté à une épaule et de superbes bracelets en or sculptés qui voilent non seulement les poignets mais aussi les mains. Les longueurs midi et maxi, abondent dans cette collection avec un modernisme qui permet aux femmes d’être à la fois d’une aisance et d’un confort absolus.

Photos: Imaxtree/Dior/LVMH/David Withe/Vincent Lappartient/GettyImages

Les vestes ajustées aux cols échancrés, les jupes et les pantalons composent des tailleurs confectionnés dans des matières plus masculines, telles que le pied de poule et le chevron, le tout cousu de fil doré. Les symboles de la puissance créatrice féminine sont omniprésents, (l’épi de blé, la plume de paon…), ils ornent diverses pièces de cette collection comme les robes du soir jusqu’aux ras-de-cou. En recréant dans son imaginaire la garde-robe couture de la déesse Athéna, Maria Grazia Chuiri a su conjuguer à mervielle les fondamentaux de la maison Dior avec la puissance de la femme Dior.

Photos: Imaxtree/Dior/LVMH/David Withe/Vincent Lappartient/GettyImages

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*