FASHIONWEEK DE PARIS DÉFILÉ DIOR PRINTEMPS/ETE 2021 : Confort et spiritualité dans un défilé procession

La collection Christian Dior printemps-été 2021 très fluide dans son ensemble est un savant mélange entre tradition et modernité. Le tout dans une ambiance très spirituelle.

Maria Grazia Chiuri la créatrice maison réfléchissait depuis longtemps à la sensation des vêtements sur le corps et aux attentes de ces derniers pour cette saison particulière. „Notre style de vie est complètement différent“, déclare t’elle avant le spectacle, qui s’est déroulé dans un espace construit sur-mesure dans le Jardin des Tuileries. „On a une relation plus intime avec les vêtements depuis que nous ne voyons plus autant de monde. Nous voulons quelque chose de plus confortable.“

Photos: Victor Boyko/Gorunway.com/Getty Images/AP/Bestimage/Olivier Borde/Dior

Le spectacle a été suivi par une liste réduite d’invités de célébrités, avec Natalia Vodianova, Christine and the Queens, Maisie Williams, Christian Louboutin et Ellen von Unwerth tous assis au premier rang.
En choisissant pour ce défilé les collages vibrants et les slogans provocateurs de la féministe des années 60 Lucia Marcucci comme une source d’inspiration clé cette saison, Maria Grazia Chiuri, a invité l’artiste à créer une série d’immenses boîtes à lumière aux vitraux pour ponctuer la vaste et faiblement éclairée salle de spectacle de sept mètres de haut et composée d’images collées de magazines d’histoire de l’art.
Une vraie cathédrale gothique pour son défilé de mode dont les installations de caissons lumineux de sept mètres de haut ont apporté la gloire kaléidoscopique intense des vitraux gothiques inondant la vaste tente obscurcie érigée pour l’événement en plein Jardin des Tuileries. 
Une douzaine de chanteurs, chacun derrière un lutrin entourant la piste, se sont mis à chanter a cappella, menés par un chef d’orchestre. L’église était un thème intelligent parce que les bancs de style congrégation, tentaculaires par nature, permettaient une distanciation sociale sans que cela paraisse gênant dans le contexte d’un défilé de mode. 
Maria Grazia Chiuri tient toujours à conjuguer des mots avec les vêtements, cette fois, pour trouver l’accord parfait, elle s’est inspirée de certains écrivains et autres intellectuels qu’elle affectionne particulièrement comme Virginia Woolf ou Susan Sontag. 

Photos: Victor Boyko/Gorunway.com/Getty Images/AP/Bestimage/Olivier Borde/Dior

En revisitant une collection de 1957 que Christian Dior avait créée pour le marché japonais, Maria Grazia Chiuri a démontré tout son talent pour revisiter des vestes douces avec comme point de départ une réinterprétation de l’emblématique Bar Jacket de la maison. Mais la version de la créatrice est plus ample et modelée et comporte des motifs ethniques, recréant l’ambiance bohème des années 70.

Des allures bohèmes

Une décennie qui a imprégné toute cette collection. Des patchwork sur des écharpes, des motifs cachemire, de longues jupes flottantes fluides et des chemises en mousseline de soie transparente ont capturé l’exubérance de cette époque. Les accessoires et le maquillage aussi : les écharpes en soie étaient portées comme des turbans et complétaient un eye-liner de style Cléopâtre, de longs pendentifs à fleurs dorées et des sandales romaines en cuir tressé.
Les robes en mousseline fluide se déclinaient dans des nuances douces de bleu chine et de vert feuille, tandis que les pantalons courts et les tuniques avaient un look arty et bohème. 

Photos: Victor Boyko/Gorunway.com/Getty Images/AP/Bestimage/Olivier Borde/Dior

Les vêtements eux-mêmes étaient une méditation livresque et bohème sur la mode fonctionnelle – avec un accent particulier sur les pantalons et les chemises atypiques pour Dior.
Les vestes kimono matelassées à patchwork portées ceinturées à la taille sur des kaki spacieux et des ponchos enfilées sur des robes longues flottantes en mousseline à taille basse représentaient un nouveau look convivial, tandis que les turbans à imprimé cachemire et les chemises blanches viriles portées boutonnées et ornées de colliers de perles représentaient le nouvel uniforme de Dior. 
Véritable moteur de Dior, les accessoires, avec de nouvelles itérations sur les formes de sacs classiques, y compris son sac de livre tissé à succès ; de fines ceintures en cuir fermées avec le logo „CD“ . Les sandales romaines plates tissées reçoivent de simples touches de finition. Il y avait aussi une poignée de looks décorés avec le logo Dior, ainsi que les ponchos arborant le nom de la maison qui voleront sûrement hors des magasins, pandémie ou non. 
Par ailleurs, la longue silhouette en couches, incontournable des vêtements de jour dans la garde-robe des femmes du monde entier, est disponible cette fois-ci en lin doux et en coton. Aucun des t-shirts à slogan n’est devenu un incontournable de Dior cette saison, sans doute parce que si le porteur est à la maison, il n’y a personne pour les voir. 
Avec cette charge mystique durant les quelques minutes d’un défilé parfaitement maîtrise, il parait évident que le message apporté concerne le désir de l’être humain de trouver du sens à son existence, et de vivre selon la tradition qui lui est propre. 

Photos: Victor Boyko/Gorunway.com/Getty Images/AP/Bestimage/Olivier Borde/Dior

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*