FASHI0NWEEK HAUTE-COUTURE PARIS AUTOMNE/HIVER 2018/2019 DÉFILÉ DIOR : Les fondamentaux au goût du jour…

Comme souvent le Musée Rodin a accueilli le défilé haute-couture automne/hiver Christian Dior. Une présentation en grandes pompes qui revient sur les années magiques ou le travail du couturier est mis en exergue avec des tenues iconiques réadaptées, mais pas dénaturées. Nostalgie, douceur et créativité sont les valeurs de ce show encore réussi. Pour cette nouvelle collection, Maria Grazia Chiuri revient aux fondamentaux de la célèbre marque. Sous l’impulsion de la créatrice, la maison Dior a encore offert un défilé extraordinaire, vécu comme une infiltration au cœur des ateliers de la maison. Près de 300 mannequins étaient habillés, en arrière-plan, des prototypes des pièces aperçues lors de ce défilé, sur tous les murs autour de la piste à l’intérieur du musée Rodin de Paris – du sol au plafond – des dessins mettent en vedette la finesse épurée de la couture séculaire.

Dans cet air parfumé de Dior, il y avait une ambiance old-school : des bérets des années 50, des voiles et des bijoux de fantaisie se fondaient dans ce superbe décor. Vitrine vivante de la fabuleuse exposition dédiée au couturier Christian Dior qui s’est déroulé pendant six mois du 5 juillet 2017 au 7 janvier 2018 dans l’enceinte du Musée des Arts Décoratifs, à Paris.
Les tissus épais rappelant les styles de l’après-guerre ont été utilisés de façon évocatrice comme ce manteau de cape bleu nuit et cet ensemble trois pièces avec un boléro à manches spirales frangées. La sobriété de la palette des nuances poudrées contre les nus remonte également à une époque, avant la prolifération des couleurs vives dans les années 1960, où les créateurs préféraient toujours des teintes subtiles.

Vestes BAR

Maria Grazia Chiuri, a développé des silhouettes basées sur la manche de chauve-souris de la veste Bar, la pièce maîtresse de l’emblématique „Look“ de 1947 de Dior qui a révolutionné la mode de l’après-guerre. Cette pièce clé de style est le fil conducteur réédité avec des versions aussi bien habillés de manches aux volumes dramatisés que dans leur cachet le plus original. Ensuite, l’univers romantique du fondateur est également évoqué, Maria Grazia Chiuri s’inspire du jardin et propose des tenues ou les grosses fleurs 3D et les broderies chiadés font la part belle. Une robe bustier en soie à double face et framboise a été cousue à partir d’un seul morceau de tissu.

Photos: Jamie Stoker/J.Benaroch/SIPA/Adrien Dirand/ABACA/Dior

Le style New Look cher à Christian Dior, fait l’objet d’une série que Maria Grazia Chiuri a également revu et corrigé, alignant une série de pièces dont les épaules et la taille cintrée soulignent magnifiquement bien la poitrine. En outre, elle n’oublie jamais la transparence sensuelle qui se résume par des robes dévoilant subtilement le corps des tops models présents , dans des matières fluides et aériennes.
Coté accessoires, le choker 90’s autour du cou, soit seul ou accompagné de longues boucles d’oreilles asymétriques est beaucoup présent comme le béret. Ce dernier, revenu à la mode, est un symbole dans cette collection dans des teintes neutres, noir et beige, et pourvu de sa petite violette. Il se fond parfaitement en accessoire indispensable.

Photos: Jamie Stoker/J.Benaroch/SIPA/Adrien Dirand/ABACA/Dior
Photos: Jamie Stoker/J.Benaroch/SIPA/Adrien Dirand/ABACA/Dior

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*