Documentaire sur la première équipe d’aviron noire : Ramer pour vivre

Le long-métrage documentaire, „A MOST BEAUTIFUL THING“, narré par l’artiste rappeur primé aux Oscars/Grammy, Common, produit par les stars de la NBA Grant Hill et Dwyane Wade avec le producteur 9 th Wonder (primé aux Grammy Awards ) et réalisé par la cinéaste primée (ex-rameuse olympique) Mary Mazzio, raconte l’histoire d’anciens membres de gangs du West Side de Chicago se réunissant à contrecœur pour former une équipe sportive qui n’avait jamais été formulée auparavant: une équipe d’aviron noire. 

Au début, ils n’ont pas obtenu le soutien de leur propre corps étudiant parce qu’ils ne pratiquaient pas les sports populaires comme le basket-ball ou le football. Dans la plupart de ses films, la réalisatrice Mary Mazzio explore le concept de surmonter les obstacles, qu’il s’agisse d’un combat pour le changement social ou de problèmes de pauvreté et de manque d’accès. Sa mission, de faire la lumière sur les récits convaincants d’importance sociale a fait l’un des cinéastes éminentes du pays, faisant la promotion d’histoires de ceux qui n’ont si souvent pas de plaque-forme pour être entendus. 

Photos: Richard Schultz /Heather Pierre /Clayton Hauck /50 Eggs Films/FISA /Photo fournie/Tribune Content Agence/DR

Le film est basé sur le livre „A Most Beautiful Thing“ d’Arshay Cooper, qui raconte l’histoire de la première équipe d’aviron du lycée afro-américain et de leur réunion du 20e anniversaire, ayant invité des membres du service de police de Chicago à se joindre à eux. Mary Mazzio montre dans ses images comment la pauvreté doit être traitée comme une crise sanitaire et comment le racisme systémique peut être combattu à ses racines en corrigeant les inégalités structurelles. C’est un film sur les hauts et les bas de la vie en ville. Sur les espoirs et les rêves de ses habitants. À propos de la dépendance et du rétablissement, de la famille et de la communauté. Et à proposer une voie plus brillante forgée par le travail acharné et la discipline. Il a également une narration brillante par le rappeur Common doublé d’une piste musicale frappante. 

Un quartier gangrené par les gangs

Dans ce film documentaire, la réalisatrice laisse les gens comme l’inoubliable Arshay Cooper donner son élan au film. Et ces gars qui ont pu avoir des vies bien différentes, reconnaissent à quel point l’art le plus inattendu de l’aviron a changé leurs trajectoiresL’approche de Mary Mazzio et son indéniable empathie transparaissent dans chaque image. Issue du livre d’Arshay Copper dont l’histoire était à la fois inspirante, dévastatrice, drôle, triste et pleine d’espoir,  L’histoire commence dans le plus surprenant des endroits, le West Side de Chicago, où un groupe de quatre jeunes lycéens noirs (dont beaucoup sont issus de gangs rivaux) se sont réunis dans le même bateau, secouant le monde aisé et sélectif de l’aviron.    

Le documentaire comprend de nombreux détails troublants sur les premières vies troublées des athlètes, comme les parents abusifs – y compris une mère qui décrit comment elle était accro au crack et a elle-même été victime d’abus sexuels de la part de son père lorsqu ‚elle grandissait. À la suite de la mort de leur entraîneur principal, le quatuor a décidé de se regrouper après 20 ans, pour courir à nouveau. Ils ont couru, non seulement pour célébrer la fondation de l’équipe, mais aussi pour commémorer le fait qu’ils ont survécu au difficile quartier de West Side de Chicago l’un des plus dangereux des Etats-Unis. Leur réunion est soulignée par un geste extraordinaire: Arshay Cooper tend la main aux policiers de Chicago pour qu’ils rejoignent leur équipe. Et ce qui se passe alors est inattendu pour toutes les personnes impliquées. Le film plonge également dans le traumatisme de la violence, en examinant comment ces jeunes hommes issus d’un quartier défavorisé de Chicago et membres de gang ont pu se soutenir les uns les autres pour se réinventer un avenir différent, modifier profondément leur vie et leurs trajectoires. Depuis, cherchant à partager son expérience avec une nouvelle génération de jeunes, Arshay Cooper parcourt désormais le pays en mettant des étudiants à risque dans des bateaux sur tous les plans d’eau qu’il peut trouver. Ses coéquipiers sont devenus entrepreneurs et propriétaires de petites entreprises. Cette histoire improbable débute à la fin des années 1990 dans le West Side de Chicago, un grand quartier à l’ouest de la ville en proie à la pauvreté et à la violence et qui abrite le lycée Manley. La topographie du West Side, est particulière et parsemé de blocs. De ce à quoi les jeunes garçons et filles sont confrontés au quotidien dans ces quartiers, l’urgence de s’affilier à un gang en particulier, pour la protection, pour la sécurité, est devenu immédiatement apparente. C’était un rappel profond et brutal de l’inégalité de sécurité à laquelle sont confrontés les enfants des régions à faible revenu. Et des décisions qu’ils sont obligés de prendre à l’adolescence. Des décisions qui nécessitent des conséquences dramatiques et à long terme. C’est là que l’étudiant Arshay Cooper et plusieurs de ses amis ont rencontré l’entraîneur d’aviron Ken Alpart qui en visite dans leur lycée espérait recruter des étudiants noirs pour former une équipe et démystifier les stéréotypes sur le sport. Les incitant à écouter son discours avec de la pizza gratuite, „Pas de gloire, personne dans un bateau n’est la star parce que vous êtes seulement aussi rapide que le maillon le plus faible avec un trait commun singulier, l’appréciation du travail atrocement dur qu’on s’auto-inflige „.

Photos: Richard Schultz /Heather Pierre /Clayton Hauck /50 Eggs Films/FISA /Photo fournie/Tribune Content Agence/DR

L’entraîneur a réussi à persuader de tenter l’expérience, malgré leur scepticisme quant au „sport des blancs“. Sans compter que plusieurs membres du groupe ne savaient pas nager. Après une formation au East Bank Club, une salle de sport chic et haut de gamme, les garçons ont finalement eu leur première expérience en bateau. Ils ont adoré la sensation de calme et de tranquillité d’être dans l’eau, loin du bruit qui rythmait leur vie dans leurs quartiers d’origine. „À ce moment-là, je suis tombé amoureux du sport de l’aviron“ , commente l’un des hommes. Pourtant, les choses ne se sont pas vraiment bien déroulées au début. Le groupe s’est effondré lors de la première course, l’un des rameurs ayant subi „le coup du crabe quand sa rame l’a littéralement éjecté de force bateau. Mais, ils ont persévéré et se sont améliorés. En outre, les quatre adolescents ont également dû repenser leur garde-robe de basket-ball dont les shorts, qui étaient si longs et exemples, étaient souvent pris dans les traces du bateau, pour des vêtements plus conformes. Lors des cours suivants, malgré un manque de soutien déchirant de la part d’amis et de membres de la famille, l’amélioration est flagrante grâce en partie à un deuxième entraîneur invité, Michael O’Gorman, lequel a joué un rôle déterminant dans leur développement, malgré quelques réticences sur ses méthodes. Inspirés par leurs expériences au sein de l’équipe,  les quatre rameurs ont amélioré leur vie après avoir terminé leurs études secondaires. L’un a lancé une entreprise de déménagement, Mais deux d’entre eux ont été incarcérés (pour des faits non précisés), et quand ils se réunissent 20 ans plus tard pour assister aux funérailles de Michael’O’Gorman, au mémorial de ce dernier, qui a eu lieu à juste titre dans un bar irlandais de Philadelphie, Arshay Cooper et ses coéquipiers venus lui rendre hommage ont développé son plan et décidé de courir à nouveau. L’un avoue aux autres qu’il est assigné à résidence, mais que cela ne tienne, ils veulent tous ramer de nouveau en compétition, malgré le fait qu’ils sont beaucoup plus lourds et pas dans la meilleure condition physique. Pour les aider à se mettre en forme, ils font appel aux services de Mike Teti, ancien entraîneur olympique d’aviron, qui apprécie clairement les défis, lui qui a été discrètement l’un des premiers donateurs de l’équipe du Lycée Manley en 1999,  „Je n’étais pas sûr qu’ils rentreraient tous dans le bateau“ , commente-t-il en plaisantant à propos du groupe. Pour se faire, Arshay Cooper a dû être confronté à une série d’entretiens avec ses anciens coéquipiers et leurs mères. Les entrevues comprenaient des discussions franches sur les obstacles structurels; traumatisme intergénérationnel; la relation toxique avec les forces de l’ordre; et la navigation dans les quartiers comme le West Side.       

La rame tendu à la police

À cet effet, dans son rôle constructeur de ponts qui lui sied à merveille, Arshay Cooper a convaincu qu’une visite de membres de la police de Chicago serait une bonne chose pour eux et une bonne chose pour la ville de Chicago, et ce, malgré des coéquipiers un peu plus ambivalents sur le concept. Une série de sessions de formation avec la police de Chicago a concluante et a surtout mis en exergue l’extraordinaire gentillesse que les quatre rameurs noirs ont montrée à ces officiers blancs, leur apprenant patiemment à ramer, les mains sur les mains, en travaillant ensemble épaule contre épaule.  Compte tenu de la relation souvent antagoniste entre les flics de Chicago et ses habitants de couleur, sans parler du fait qu’Alvin Ross et Preston Grandberry connaissaient intimement le système de justice pénale, tous deux ayant été incarcérés auparavant. La gentille camaraderie exposée est vraiment réconfortante, pari gagné. La scène des retrouvailles et du nouveau défi des anciens membres des Chicago Sprints est à la fois l’ouverture et la clôture du film magistral de Mary Mazzio. Les personnages du film restent entiers comme Prestton Grandberry pas tout à fait clair avec la loi, même pendant le tournage du film, mais sa blague fataliste sur sa situation est comparable à celle du film, qui jette un regard sans faille sur la réalité de la vie de ses sujets. 


Photos: Richard Schultz /Heather Pierre /Clayton Hauck /50 Eggs Films/FISA /Photo fournie/Tribune Content Agence/DR

Le fatalisme mis à part ce qui frappe le spectateur du film, c’est que ce sont tous des gars vraiment drôles et sympathiques, rend les épreuves qu’ils ont endurées et déchirantes. À travers le film, Mary Mazzio revisite non seulement l’histoire d’Arshay Cooper, mais voit aussi beaucoup plus loin dans la vie qu’il décrit dans son livre. En effet, c’est cette multiplicité de visages et de voix qui donne au film sa formidable force. Alors que le livre a été raconté du point de vue d’Arshay Cooper, la virtuosité de la cinéaste donne des visages et des voix à de nombreuses personnes décrites dans le mémoire, et leurs histoires sont autorisées à coïncider avec le récit central de l ‚ histoire de l’aviron, et les différences sont souvent frappantes, comme le disent les rameurs et leurs familles, vers la fin du film. Leur décision de ramer de nouveau dans les Sprints de Chicago, une vingtaine d’années, plus tard, est autant une célébration du simple fait d’être „resté en vie“ que de tout type d’accomplissement sportif. 

„Nous étions dans un endroit où nous ne pouvions pas entendre le son des sirènes … Des balles.Il y a quelque chose de spirituel à ce sujet, quelque chose de beau. Arshay Copper

Photos: Richard Schultz /Heather Pierre /Clayton Hauck /50 Eggs Films/FISA /Photo fournie/Tribune Content Agence/DR

Lien: https://vimeo.com/384763863

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*