CYCLISME TOUR DE FRANCE 2020 : Un slovène peut en cacher un autre

Un Tour de France qui fut pendant une courte période un événement en sursis, s’est retrouvé à son épilogue parmi les plus excitants de ses 117 ans d’histoire.
Tadej Pogacar, un Slovène de 21 ans, est arrivé en vainqueur dimanche à Paris en tant que deuxième plus jeune lauréat de l’histoire de la course, derrière Henri Cornet en… 1904. 
Tadej Pogacar est aussi le deuxième coureur à remporter un Tour à sa première participation depuis le Français Laurent Fignon en 1983.
Une victoire et surtout un doublé historique pour la Slovénie, une nation avec une population équivalente à la ville de Paris.

Son compatriote rival et néanmoins ami Primoz Roglic, qui a porté le maillot jaune pendant près de deux semaines avant de le céder après l’épopée du contre-la-montre de samedi, a embrassé Tatej Pogacar après une défaite en larmes samedi et à nouveau lors de l’étape de dimanche.
Le Tasmanien Richie Porte, a enfin réussi à accrocher son premier podium du Tour à son 10e départ, un record également. 

Photos: ASO

Si Primoz Roglic s’est soudainement transformé en un homme du passé en l’espace d’une heure, son jeune compatriote devrait être un élément clé de l’avenir du Tour.  Un Tour de France particulier, retardé de deux mois par la pandémie de coronavirus avec des zones rouges sur une partie du parcours du Tour. Les protocoles de test Covid-19 furent drastiques et signifiaient que si une équipe avait deux membres (cyclistes ou membres du personnel) testés positifs avant le départ ou pendant l’un ou l’autre jour de repos, toute l’équipe serait expulsée. En fait une épée de Damoclès sur toutes les équipes engagées. En 2018, le jeune slovène fort de ses 18 ans, s’est vu proposer un contrat puis a signé avec UAE, sa première équipe du World Tour. L’année suivante, Tadej Pogacar a terminé 3e de la Vuelta remportée par son compatriote Primoz Roglic, devenant ainsi le plus jeune podium d’un Grand Tour depuis 1974.

 

 

Photos: ASO

Tadej Pogacar devait sur ce Tour 2020 initialement soutenir l’italien Fabio Aru. Mais son ascension, ses performances et la défaillance de son leader l‘ont propulsé dans un rôle de chef d’équipe. Tout comme Egan Bernal et Primoz Roglic, lesquels sont arrivés dans le Tour en tant que co-favoris.  Dès lors, Tadej Pogacar se positionnait comme un prétendants au podium. Resté constamment avec les favoris pendant une grande partie du Tour, le jeune slovène a toutefois perdu plus d’1’20 a au terme de la 7e étape, victime d’une bordure après une chute devant lui. „Je ne suis pas inquiet „, déclare t-il ce jour-là.  „Nous essaierons un autre jour.“ Peu à peu, souvent esseulé, restant toujours dans les bons wagons, il refait pratiquement la moitié de son retard, avec même une fin de non-recevoir de son compatriote maillot jaune qui est loin de s’inquiéter. Pourtant avec une équipe décimée et pratiquement seul, il se place à proximité de Primoz Roglic au classement avant l’avant-dernière étape de La Planche des Belles Filles, un signe???

Photos: ASO

Ce qui devait être un contre-la-montre de routine pour le maillot jaune Primoz Roglic, à la veille de l’étape de procession vers les Champs-Élysées, est devenu une humiliation puisqu’il a concédé près de deux minutes à son compatriote de 21 ans et perdu son maillot jaune. 

Primoz Roglic „slo motion“ 

En regardant leur leader slovène évoluer tout au long de l’étape, Tom Dumoulin et Wout van Aert, sont assommés de le voir si mal en point et sans sa fluidité qui le caractérise habituellement dans l’exercice. Et de surcroît, son changement de vélo laborieux au pied de la montée finale, l’a doublement pénalisé dans son élan. Son jeune compatriote au contraire, grignotait le déficit global de 57 secondes avec dextérité. Alors que Primoz Roglic franchissait la ligne d’arrivée, le casque de travers, le visage plissé de douleur, Tadej Pogacar faisait déjà la fête. „Mon rêve était juste d’être sur le Tour „, a-t-il dit, „et maintenant, j’ai gagné.“ Certains, y compris le quadruple vainqueur du Tour Chris Froome, ont prédit que Primoz Roglic pourrait perdre à l’issue du contre le montre et ils ont eu raison. Sans la protection de son équipe dominatrice, le joueur de 30 ans a flétri, combattant la pente et luttant avec un nouveau casque aérodynamique qui devenait de plus en plus déséquilibré à mesure que son tourment augmentait. Quant à Tadej Pogacar, fut infaillible comme une flèche, attaquant la montée avec vitesse et détermination. Même avant le dernier contrôle horaire, le maillot jaune était clairement cuit. Au moment où Primoz Roglic grimpait dans le dernier 100 m, Tadej Pogacar et toute son équipe sautaient de joie. „Je suis juste au plus profond“, a déclaré le jeune vainqueur.Je connaissais très bien la montée et je suis allé à fond de bas en haut. Mon rêve était juste d’être dans le Tour et maintenant, j’ai gagné„. Dépossédé de son maillot jaune, Primoz Roglic, quant à lui, restait assis haletant sur la route, réconforté par les deux coéquipiers de Jumbo-Visma, Tom Dumoulin et Wout van Aert, qui lui avaient apporté le plus de soutien. Il a mis du temps à se ressaisir, mais lorsqu’il a rencontré les médias tard samedi soir, il a été courtois et sans aucune amertume. „Je vais pleurer „, dit-il. Je veux que ce soit différent, mais je ne peux pas le changer. J’ai juste besoin de continuer. Tadej était dans un monde différent et il mérite vraiment sa victoire alors vraiment, félicitations à lui“. Il rajoute, 
„Je ne savais pas que j’allais avoir une mauvaise journée, mais j’étais juste en train de perdre et de perdre. J’espérais que Tadej passerait aussi des moments difficiles, alors j’ai essayé de croire en moi toute la course, mais j’en étais très loin.“

Photos: ASO

Photos: ASO

C’était une fin appropriée à une course qui n’a presque pas eu lieu et qui a eu une atmosphère étrange tout au long, des présentations masquées de l’équipe à Nice au test positif pour Covid-19 du directeur du Tour, Christian Prudhomme. Un Tour de France particulier, retardé de deux mois par la pandémie de coronavirus avec des zones rouges sur une partie du parcours du Tour. Les protocoles de test Covid-19 furent drastiques et signifiaient que si une équipe avait deux membres (cyclistes ou membres du personnel) testés positifs avant le départ ou pendant l’un ou l’autre jour de repos, toute l’équipe serait expulsée. En fait une épée de Damoclès sur toutes les équipes engagées. À part quelques étapes fastidieuses qui faisaient plus office de liaison,  il y a eu beaucoup de choses à raconter. 

Jeune génération au pouvoir

Avec les absences de deux anciens vainqueurs anglais Chris Froome et Geraint Thomas, l’intérêt britannique pour le maillot jaune était à son plus bas depuis une décennie, le changement de génération qui balaya le peloton était captivant.
Les „anciens“ comme Alejandro Valverde (Movistar), vétéran de 27 Grands Tours, devront bientôt se retirer. Les „juniors“, de l’irrépressible Tadej Pogacar (UAE) Vout Van Aert et son coéquipier Sepp Kuss (Jumbo Visma) à Marc Hirschi (Sunweb) , Enric Mas (Movistar) et Neilson Powless et Dani Martínez (Education First) ont tous marqué des points. 
Les deux derniers vainqueurs du Tour, Tadej Pogacar et Egan Bernal, ont été parmi les plus jeunes de l’histoire. Alors que Chris Froome déménage vers de nouveaux pâturages et que Geraint Thomas
 a fêté dernièrement son 35e anniversaire, le patron des Ineos Grenadiers, Dave Brailsford, a bien cerné le problème et prend désormais un virage vers la jeunesse. 

Photos: ASO

Egan Bernal le vainqueur sortant, en fait déjà partie,  même si a faillit sur ce Tour, mais à 23 ans, il a amplement le temps de redécouvrir la victoire. 
„Quand vous regardez le cycle de vie de notre équipe, il y a un groupe plus âgé et très prospère d’un côté, puis un groupe plus jeune et prometteur „, a déclaré Dave Brailsford. „Jumbo Visma est juste au milieu de cette courbe de maturité. C’est donc vraiment une transition. Mais nous apportons de l’expérience et de nouveaux jeunes talents et nous construisons à nouveau.“ 
Egan Bernal et Dave Brailsford devront affronter la marche des Slovènes. Malgré les histoires troubles de certains membres de la direction de son équipe. Il y a un an, le jeune colombien était considéré comme le champion en série du Tour, mais maintenant ce lustre a disparu et certains se demandent s’il gagnera à nouveau le Tour. La comparaison évidente est avec le coureur allemand Jan Ullrich, deuxième en 1996 et victorieux en 1997 à l’âge de 23 ans, qui devait dominer dans un avenir prévisible. En 1998, célèbre, riche et traqué par les tabloïds germaniques, il était en proie à des problèmes de santé et de remise en forme et se démenait pour sauver sa carrière. Jan Ullrich n’a plus jamais remporté le Tour. En revanche, Egan Bernal semble avoir une perspective beaucoup plus stable, mais l’année prochaine, le Colombien devra prouver qu’il mérite le statut de protégé dans une équipe qui comprendra Adam Yates, Geraint Thomas, Richard Carapaz et Pavel Sivakov. Il ne fait aucun doute que, après Chris Froome, qui part à la fin de cette année, l’équipe de Brailsford est en transition, avec d’autres signatures qui se profilent.
Ce fut un tour mémorable et étrange lorsque des problèmes du monde réel, la santé publique, la diversité et l’environnement l’ont souvent envahi. Traqué par une pandémie, rejeté par certains écologistes, décrié comme suranné, le Tour de France reste toutefois, l’une des épreuves sportives les plus en vue au monde, et cette année après la belle victoire de Tadej Pogacar, la jeunesse commence prendre le pouvoir et sans aucun doute, les années futures seront synonyme d’un grand rajeunissement…

Photos: ASO

 

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*