CHAMPIONNAT DU MONDE DES RALLYES WRC RALLYE DE SUEDE : Ott Tänak aime la soupe suédoise…

Rapide et auteur d’une belle prestation tant sa gestion fut parfaite, l’estonien Ott Tänak a dominé de toute sa classe les routes de la région du Värmland et remporte largement cette deuxième manche suédoise. Septième victoire en WRC, il s’affiche comme l’un des favoris pour le titre cette année et profite des mésaventures de ses concurrents pour prendre désormais les reines du championnat WRC devant le belge Thierry Neuville (Hyundai) et le français Sébastien Ogier (Citroën).

Photos : DPPI/AFP/Red Bull/Massimo Bettiol/Michelin/Khaled

Les favoris du championnat savent que la route sera longue et parsemées d’embûches pour atteindre le Graal en fin de saison. Après la victoire de Sébastien Ogier (Citroën) sur le Monte-Carlo, c’est un autre prétendant qui s’impose sur le Rallye de Suède. Sur un parcours qui s’annonçait très neigeux, les pilotes ont constaté à leur dépens que le réchauffement de ces derniers jours a affublé la plupart des épreuves spéciales d’un mix entre neige/boue/eau. Des conditions compliquées pour les concurrents qui ont dû s’adapter tant bien que mal. À ce petit jeu-là, Ott Tänak a parfaitement digéré sa mauvaise crevaison piégeuse au rallye précédent, en prenant la tête de l’épreuve le deuxième jour dès la fin de matinée. Leader surprise de la veille, le finlandais Teemu Suninen (Ford) a profité de sa position de départ éloignée en signant deux meilleurs temps avant de perdre une dizaine de secondes dans la dernière spéciale du soir à cause de sa rampe de phares. Handicapé par sa position d’ouvreur sur les premières épreuves spéciales où la fine pellicule de neige était sans traces, Sébastien Ogier (Citroën) a limité les dégâts en perdant un minimum de temps et commence la deuxième journée à la 5e position devant son équipier chez Citroën Esapekka Lappi mais derrière le belge Thierry Neuville (Hyundai) et Jari Mari Latvala (Toyota). Victime d’une petite touchette, le norvégien Andreas Mikkelsen (Hyundai) pointe en 7e position devant le britannique Kris Meeke (Toyota) peu à son aise dans cette neige. Par ailleurs, le nonuple champion français Sébastien Loeb (Hyundai) et sa nouvelle monture ne trouve pas encore les bonnes marques et reste en retrait : „Ces WRC vont vraiment très vite ici sur la neige. Je dois encore trouver la limite…“ , avoue t’il. Les hostilités commencent fort et comme première victime, le vétéran finlandais double champion du monde de l’exercice, Marcus Grönholm (Toyota), une matinée calamiteuse après deux fautes dans les premières spéciales pour l’ancienne gloire venue se faire plaisir ici, qui lui ont fait perdre plus de deux minutes avant de sortir sa Toyota pour de bon dans l’ES4.

Ott Tänak survole, ses rivaux dans le dur.

Par ailleurs, ce fut au tour du jeune finlandais Teemu Suninen (Ford), surprenant leader, de goûter au mur de neige et perdre tout espoir en dégringolant à la 8e place avec un retard irréversible. Puis, Sébastien Ogier qui malgré deux meilleurs temps, est sorti de la route et dans l’incapacité de sortir sa C3 WRC du fossé perd plus de 20 minutes et ses espoirs de victoire ici. Le champion du monde en titre et leader du championnat après sa victoire à Monte-Carlo, pointe après cette bévue à la 17e place, mais abandonne la course pour la journée. Ensuite Jari Matti Latvala (Toyota) recordman de victoires sur cette épreuve perd également gros avec des fautes à répétition dont une sortie dans la huitième épreuve spéciale le reléguant à une distance bien éloignée du podium. Plus rapide et mieux en rythme, Sébastien Loeb (Hyundai) sort de sa réserve et claque de bons temps, mais ce n’est pas suffisant. Premier leader du rallye et toujours dans de bonnes dispositions le vendredi matin en dépit d’une mauvaise position dans l’ordre de départ, le belge Thierry Neuville (Hyundai) a concédé du temps après deux tête-à-queue le vendredi après-midi. Le samedi, loin d’être découragé, il est remonté très fort avant un gros „360“ à haute vitesse en fin de journée qui lui a coûté quelques secondes : „Les conditions étaient vraiment difficiles. Je ne savais pas du tout si j’étais dans un bon rythme ou pas. Lors de la deuxième boucle, avec le dégel et le passage de tous les concurrents, ce n’était plus un rallye sur neige, mais sur terre avec de la soupe. C’était inconduisible, dangereux même parfois.“

Photos : DPPI/AFP/Red Bull/Massimo Bettiol/Michelin/Khaled

Revenu en quatrième position sur les talons de duo scandinave Andreas Mikkelsen/Esapekka Lappi, ex-æquo à la deuxième place, en espérant prendre la deuxième place finale le lendemain. En fin de journée, les malheurs de Teemu Suninen persistent avec une dernière sortie de route rédhibitoire, voiture détruite. Mais ce dimanche, malgré tous ses efforts, le vice-champion belge, n’a pu faire que troisième derrière le pilote finlandais Esapekka Lappi (Citroën), lequel est resté sur ses gardes jusqu’au bout de l’épreuve avant l’ultime Power-Stage de Torsby. Ce duel intense pour la place de dauphin n’a pas occulté l’énorme prestation de l’intouchable estonien Ott Tänak, qui avec près de 50 secondes d’avance a pourtant poursuivi sa domination avec le meilleur temps de la Power-Stage, empochant ainsi les 5 points de bonus supplémentaires. Chez Ford, outre les bonnes performances du jeune Teemu Suninen, le britannique Elfyn Evans termine un bon rallye à la 4e place juste devant Andreas Mikkelsen (Hyundai) qui a perdu sa superbe en fin de course. Le troisième pilote M-Sport Pontus Tidemand pourtant chez lui ne fut guère convaincant ici durant cette course. Félicitations au revenant italien Lorenzo Bertelli (Ford), sans prétentions, engagé sur une WRC, qui après deux années d’absence a clôturé ce rallye sans dégâts avec quelques bons temps et surtout le plus beau saut de l’épreuve. Les informations collectées en Suède lui seront bien utiles pour vraisemblablement une prochaine épreuve à venir…. „Je suis très heureux de revenir ici avec mes amis, malgré quelques essais avec cette nouvelle voiture, c’est difficile de trouver le bon rythme après deux années sans rouler, j’engrange des informations quoi qu’il en soit, rien ne remplace les courses.“ Déclarait-il satisfait.
Au classement du Championnat du Monde, Ott Tänak(Toyota) fait coup double avec sa victoire en Suède et s’offre le leadership du championnat devant le belge Thierry Neuville (Hyundai) et le champion sortant français Sébastien Ogier (Citroën) après son mauvais rallye.

WRC-2 Pro: Mats Osberg pour une première

Le norvégien Mats Osberg qui effectue toute la saison 2019 sur une Citroën C3 R5 a largement dominé le sujet sans faire de fautes comme ses adversaires, le jeune finlandais Kalle Rovenpera (Skoda) et le britannique victorieux au Monte-Carlo, Gus Greensmith (Ford). Ces deux prétendants ont terminé respectivement 2e et 3e.

 

WRC 2: Ole Christian Veiby intouchable

Ole Christian Veiby (Volkswagen) s’impose et prend même la neuvième place au classement général juste devant la Ford WRC de Janne Tuohino. Une sacré performance pour ce jeune pilote dans son pays voisin. Quant au double champion du monde suédois de Rallycross, Johan Kristoffersson (Volkswagen), il s’invite sur le podium du WRC 2 tout juste derrière Emil Lindholm (Volkswagen). Un carton plein pour la firme allemande Volkswagen qui prouve que sa nouvelle Polo R5 est bien née.

Photos : DPPI/AFP/Red Bull/Massimo Bettiol/Michelin/Khaled

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*