CHAMPIONNAT DU MONDE DES RALLYES WRC RALLYE DE MONTE-CARLO: OGIER reçu 6 sur 6

Sébastien Ogier, champion sortant, a remporté au terme d’une bagarre intense le Rallye de Monte-Carlo avec sa Citroën C3, offrant au constructeur français Citroën une 100e victoire en Championnat du monde des rallyes. Le français a devancé le belge Thierry Neuville  (Hyundai i20) de seulement 2,02 secondes et l’Estonien Ott Tänak (Toyota) de 2 minutes et 15 secondes. L’autre multi-champion du monde français en lice, Sébastien Loeb, qui faisait ses débuts avec la marque coréenne Hyundai échoue à 13 secondes du podium. 


Rallye très compliqué par l’état des routes nécessitant un choix de pneumatiques cornélien. Cette première course de la saison permet aussi de jauger les forces en présence après le mercato des pilotes.  A ce jeu, le champion du monde sortant s’est parfaitement adapté à sa nouvelle voiture à l’inverse de son coéquipier finlandais Esapekka Lappi transfuge de Toyota qui a souffert. Après s’être fait remercier par Citroën au cours de la saison précédente, Kris Mekke a pu rebondir avec succès chez le constructeur japonais champion en rapportant une copie correcte sur ce rallye. Chez Ford, le départ du français se fait durement sentir, Timo Suninen et Elfyn Evans n’ont pas été à la fête, tandis que le suédois champion du monde wrc2 2017 Pontus Tidemand découvrait l’auto, mais les bons chronos du finlandais laisse de l’espoir pour le prochain rallye de Suède.  Jari-Matti Latvala (Toyota) n’a pas été épargné par les soucis, mais a assuré une belle bagarre avec le français Sébastien Loeb (Hyundai i20)jusqu’au bout. 

Photos: Redbull/Dppi/Citroen racing/Ford/Skoda/Khaled/Afp/Getty

Mano à mano

Thierry Neuville et Sébastien Ogier se font faits face tout au long de ce rallye de Monte-Carlo. En tête sur sa Citroën C3 depuis la septième spéciale, le champion du monde n’est jamais parvenu à creuser l’écart avec Thierry Neuville et sa Hyundai i20 au-delà d’une poignée de secondes, faisant durer le suspense jusqu’au bout. Un défi sans exclusion de coups qui n’a été résolu qu’a la dernière spéciale. Les deux seuls prétendants à la victoire sont arrivés au dernier acte de la course divisé par seulement 4 dixièmes. Le solide pilote belge a bien sûr profité des problèmes mécanique accélérateur) de la voiture de Sébastien Ogier lors de l’avant-dernière spéciale pour réduire à néant le faible l’écart de son adversaire. Mais le français impérial finissait à la seconde place de cette spéciale Power Stage remportée par le britannique  Kris Meeke (Toyota) et surtout devant son rival belge impuissant. Pour Ott Tänak (Toyota), la troisième place est presque aussi bonne qu’une victoire, considérant que sa deuxième journée fut assez compliqué avec une mauvaise qui l’a plongé à loin au classement. Ott Tänak a su répondre avec un retour tonitruant qui l’a ramené sur la dernière marche du podium, remportant six spéciales consécutives entre samedi et dimanche afin de devancer Sébastien Loeb (Hyundai i20) et son coéquipier finlandais Jari-Matti Latvala sur la même monture. Pour le  français Sébastien Loeb, il clôture la 87e édition du Rallye de Monte-Carlo au pied du podium. Le nonuple champion du monde a tenté de trouver le bon feeling sur cette première sortie avec la Hyundai i20, une voiture avec laquelle il disputera six courses dans ce championnat du monde.
Sébastien Ogier déjà capable de gagner dans une nouvelle structure, ses rivaux directs Thierry Neuville et Ott Tänak toujours aux avants postes, la saison 2019 promet d’être aussi serrée que la précédente, à suivre…

 

Photos: Redbull/Dppi/Citroen racing/Ford/Skoda/Khaled/Afp/Getty

WRC-2 PRO

Gus Greensmith entre les gouttes…

Pour la première course du nouveau championnat WRC-2 Pro, seuls deux pilotes étaient au départ : le grand tout jeune espoir finlandais Kalle Rovanpera (Skoda) et le britannique Gus Greensmith (Ford). Engagé par le constructeur tchèque sur une Skoda Fabia R5 privée, le jeune finlandais a vu ses espoirs anéantis par une sortie de route en début d’épreuve qui lui a valut un retard rédhibitoire de plus de 10 mn. Quant à son rival, il effectue un rallye parfait en évitant les problèmes tout en gardant une belle pointe de vitesse. Gus Greensmith termine même l’épreuve à la 7e place au scratch. Toutefois, la jeune star finlandaise se reprit de sa bévue du premier soir avec pas moins de quatre meilleurs temps dont certains plus qu’impressionnants, c’est dire qu’il sera vraiment difficile à battre cette saison. 

WRC-2

Cocorico

Le double champion de France des Rallyes, Yoann Bonato (Citroën C3 R5) s’impose largement dans cette épreuve qu’il a rondement maîtrisé. Avec plus de deux minutes d’avance sur son compatriote Adrien Fourmaux (Ford Fiesta R5) qui profita de l’abandon du belge Guillaume de Mevius (Citroën C3 R5) alors second mais trahi par une rupture de suspension en fin de rallye. Les nouvelles Volkswagen Polo R5 ont eu quelques déboires, mais le norvégien  Ole Christian Veiby (Volkswagen Polo R5) en sort comme meilleur prétendant largement devant le niçois Nicolas Ciamin (Volkswagen Polo R5) retardé par de multiples crevaisons. Ce dernier fut toutefois le plus rapide avec quatre meilleurs temps le dimanche.  

Photos: Redbull/Dppi/Citroen racing/Ford/Skoda/Khaled/Afp/Getty

„Je suis très heureux, le Monte-Carlo est le rallye que je préfère gagner plus que tout autre dans la saison. Je l’ai gagné six années consécutives avec trois voitures différentes. Cette fois, ce fut  difficile à cause d’un problème d’accélérateur en fin de la course, mais je suis content de la façon dont cela s’est passé. „ Soufflait ravi Sébastien Ogier. En ajoutant : “ Ça n’a pas été une bonne journée pour mon cœur, non seulement parce que la victoire n’était pas facile à aller chercher mais surtout parce que je n’étais pas sûr de finir !„.

La deuxième place de Thierry Neuville marque toujours son meilleur résultat en carrière lors de cet événement emblématique : „Je lui ai fait un beau cadeau avec mon erreur de vendredi, qui m’a coûté la tête“ a admis le pilote belge „Mais ça a été un beau combat, très serré, et ça fait partie du jeu. On peut être satisfaits du résultat et ça n’est peut-être pas si mal non plus de ne pas ouvrir la route sur la neige sur le prochain rallye en Suède“.

Troisième à l’issue de l’avant-dernière journée, Loeb n’est finalement pas parvenu à contenir Tänak, vainqueur de toutes les spéciales samedi et de deux dimanche. Il a par contre maintenu le Finlandais Jari-Matti Latvala (Toyota), cinquième, à 1 sec 7/10.

„Je ne peux pas dire que je suis heureux de nos derniers chronos. Nous poussions très fort, mais les temps ne suivent pas. Il va falloir continuer de travailler „ a commenté le néo pilote Hyundai.

 

 

Photos: Redbull/Dppi/Citroen racing/Ford/Skoda/Khaled/Afp/Getty

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*