CHAMPIONNAT DU MONDE DES RALLYES WRC RALLY ARTIC : Ott Tänak remet Hyundai dans les clous

Le pilote estonien Ott Tänak (Hyundai) reprend des couleurs avec cette belle victoire à l’Arctic Rally en Finlande, deuxième épreuve de la saison 2021 du Championnat du monde des Rallyes. Dominateur de bout en bout de cette épreuve ultra rapide disputée des routes glacées bordées d’imposants murs de neige dans le cercle polaire arctique, le champion du monde 2019 a damé le pion à ses rivaux pour s’offrir, un premier succès cette saison, le second avec Hyundai.

Le vendredi, deux passages seulement dans la longue spéciale de Sarriojärvi furent au menu pour les pilotes. Un menu que Sébastien Ogier (Toyota) doit s’imposer en premier lors des deux passages du fait de son classement. Un rôle d’ouverture qui s’avérera une punition pour le français dans son objectif de perdre au moins de temps possible au profit de spécialistes de ces conditions. 

Nikos Katikis/DPPI/Jannus Ree/Redbull/Khalad/Pirelli

Après le deuxième passage de nuit, c’est Ott Tänak qui pointe en tête après avoir remporté haut la main les deux scratchs du jour. Son coéquipier Craig Breen (Hyundai) auteur d’un retour tonitruant sur la neige le suit, mais à distance. Le jeune local Kalle Rovanperä (Toyota) est 3e devant un quatuor cosmopolite assez serré composé de Thierry Neuville (Hyundai), Elfyn Evans (Toyota), Teemu Suninen (Ford) et Takamoto Katsuta (Toyota). Le jeune Oliver Solberg (Hyundai) qui dispute son premier rallye au volant d’une WRC est quant à lui 9e, devant Sébastien Ogier. Pierre-Louis Loubet (Hyundai) est bien plus loin suite à une fâcheuse crevaison en milieu de spéciale lors du second passage de nuit. Le lendemain, la plus grosse journée se compose de deux boucles de 3 spéciales chronométrées rapides et sans doute déterminantes. Cette fois Sébastien Ogier partira sans avoir à faire la trace, mais loin de ses rivaux. Ott Tänak continue sur un rythme élevé et creuse encore face à ses adversaires malgré une grosse chaleur sur un mur de neige heureusement sans conséquence dans la seconde spéciale. La pointe de vitesse de l’estonien est telle que personne ne parvient à le suivre. Son coéquipier Craig Breen commence à peiner tandis que Kalle Rovanperä et Thierry Neuville, sans doute les plus véloces en chasse, ont tout tenté, en vain.

Nikos Katikis/DPPI/Jannus Ree/Redbull/Khalad/Pirelli

Pourtant, c’est Elfyn Evans qui casse un peu la dynamique du leader en s’adjugeant le meilleur temps de la spéciale. Par la suite avant le regroupement, Ott Tänak remet les pendules à l’heure en patron devant le gallois. Sébastien Ogier a refait une partie de son retard sur Oliver Solberg et Takamoto Katsuta et pointe déjà à la 6e place. Teemu Suninen pourtant sur ses terres est un ton en dessous que tous ces pilotes, tout comme son coéquipier Gus Greensmith (Ford) largement distancé.
La reprise pour la seconde boucle est à l’image de la matinée. Ott Tänak persiste sur son outrageuse domination et se paie désormais un confortable matelas de plus de 24 secondes sur ses plus proches adversaires. Thierry Neuville, est enfin plus à l’aise et prend l’avantage sur son coéquipier irlandais moins incisif que la veille. La nuit commence à faire son apparition et la gestion des pneus clous devient primordial pour la suite. Kalle Rovanperä met toute sa fougue pour placer sa Toyota en tête du chrono et surtout prendre ses distances sur la Hyundai du belge. Ce dernier de nuit, dans le second passage des 27,68 km de la spéciale de Siikakämä a dégoupillé et signant un temps scratch impressionnant répondant du tac au tac au jeune finlandais. Derrière, Oliver Solberg confirme et comme ses temps en attestent, il domine plusieurs pilotes beaucoup plus expérimentés en WRC.

Sébastien Ogier rate sa conclusion

Remonté 6e de l’épreuve avant ce dernier secteur chronométré Sébastien Ogier a perdu le contrôle de sa Toyota et percuté de face un mur de neige à moins de 200 mètres de la ligne d’arrivée de l’étape. En l’absence de spectateurs à cet endroit (huis clos oblige) le français et son Julien Ingrassia ont dû pelleter pendant près d’une vingtaine de minutes pour se sortir de ce mauvais pas, ce qui les a alors relégués au 22e rang.

Elfyn Evans (Toyota) n’a pas réussi à recoller aux leaders malgré une attaque permanente. Quant à son coéquipier japonais Takamoto Katsuta, de plus en plus en confiance et auteur de très bon chronos sur la 4e Toyota Yaris, il devance allègrement les deux Ford de Teemu Suninen et Gus Greensmith a l’issue de cette journée. Pierre-Louis Loubet (Hyundai) déjà en désavantage suite à sa position de départ, a dû se résigner cette fois après un problème mécanique sur sa Hyundai. Le pilote corse n’a démérité pour autant sur une surface qu’il découvrait au volant d’une puissante WRC. Le pilote Hyundai Ott Tänak remporte une victoire convaincante du début à la fin à l’Arctic Rally en Finlande, deuxième manche du Championnat du Monde des Rallyes WRC. En voisin, le champion du monde 2019 estonien a mené ce rallye hivernal, rajouté au calendrier en remplacement du Rallye de Suède, de la première à la dixième spéciale. . Après s’être construit une confortable avance lors des deux premières étapes disputées dans les forêts lapones enneigées, Ott Tänak (Hyundai) n’a commis aucune erreur lors des deux dernières spéciales du dimanche, pour l’emporter avec 17“5 d’avance sur le jeune Kalle Rovanperä (Toyota). Ce dernier s’est mis à l’abri des assauts de Thierry Neuville (Hyundai) en remportant l’ultime chrono et pour seulement 2,3 secondes de marge sur son rival belge, il évite in-extremis un doublé Hyundai qui se dessinait. De surcroit, Kalle Rovanperä, prend les 5 points de la Power Stage synonyme de la tête du championnat du monde. À 20 ans, il devient le plus jeune pilote à dominer le classement général du WRC.

Nikos Katikis/DPPI/Jannus Ree/Redbull/Khalad/Pirelli

Sous pression, Craig Breen (Hyundai) a réussi à garder son avantage face à Elfyn Evans et ainsi consolidé sa 4e place finale. Takamoto Katsuta (Toyota) termine la course en dépossédant Oliver Solberg (Hyundai) dans les derniers instants. Le jeune suédois a commis une erreur sous forme de vrille, dans les derniers kilomètres. Les Ford de Teemu Suninen et Gus Greensmith ont clôturé le classement général des WRC. Pénalisées dans des rallyes très rapides comme celui-ci, elles n’avaient aucune chance ici, seul Teemu Suninen a eu des quelques éclairs sur quelques scènes sinueuses, mais ce n’était pas suffisant. Quant à Sébastien Ogier (Toyota), 3e en ordre de passage ce dimanche, il a juste réussi à glaner le petit point de la Power Stage, seul récompense à ses malheurs.

Une 2e manche du championnat marquée par l’annonce samedi du décès à 78 ans de Hannu Mikkola, surnommé “Flying Finn”,  légende finlandaise des rallyes. Une minute de silence a été observée avant le podium dimanche, en hommage au champion du monde 1983.

Nikos Katikis/DPPI/Jannus Ree/Redbull/Khalad/Pirelli

WRC-2: Esapekka Lappi en patron sami

Quel retour aux affaires !! Le finlandais Esapekka Lappi (Volkswagen) a été intraitable avec à domicile et dès l’entame, il n’a pas fait de détails en prenant l’avantage sur ses rivaux et plus particulièrement le norvégien Andreas Mikkelsen (Skoda). Une domination presque sans partage, pour l’ancien pilote Ford WRC qui s’est adjugé 8 spéciales sur les 10 du parcours pour s’imposer avec 47“7 d’avance sur le vainqueur WRC-2 du Rallye de Monte-Carlo.
Le podium est complété par le rapide russe Nikolay Gryazin (Volkswagen) lequel s’est fourvoyé samedi dans un mur de neige. Malgré une quarantaine de secondes perdues, il a réussi à protéger son podium face aux deux norvégiens Eyvind Brynildsen (Skoda) et Ole Christian Veiby (Hyundai).
Adrien Fourmaux (Ford) qui découvrait cette surface, est sorti de la route samedi et a du abandonner avant de repartir sans prétentions ce dimanche.

Nikos Katikis/DPPI/Jannus Ree/Redbull/Khalad/Pirelli

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*