BOXE ANTHONY JOSHUA/ANDY RUIZ : Choc des dunes pour une mise au poings

Le Britannique Anthony Joshua a remporté son combat face au mexicain Andy Ruiz par une décision unanime des juges à en Arabie Saoudite à Diriyah, près de la capitale Riyad. Une revanche sur celui qui a réalisé l’exploit d’être le premier boxeur à le terrasser en juin dernier.

Mais dans ce pays assez spécial, le lieu de la promotion étant fortement critiqué par des groupes de défense des droits de l’homme, Anthony Joshua a suscité d’autres controverses avec des remarques qu’il a faites après le combat, en utilisant le terme “ décapiter “ dans une interview avec une chaîne américaine.
„Je sais que mes fans aiment me voir assommer les gens et je peux le faire, mais parfois avec certains combattants, il faut boxer plus intelligemment „, a déclaré le boxeur anglais en rajoutant : „Je comprends ce qu’Andy a apporté à la table, alors j’ai dû le décapiter d’une autre façon.“

Photos: Global Look Press / Oliver Weiken/Gettyimages/Reuters/Hassan Ammar/Associated Press

Un événement éclipsé quelque peu par les préoccupations de “ sportswashing “ une pratique par laquelle l’organisation d’événements sportifs de haut niveau du pays hôte utilise pour améliorer sa réputation malgré un bilan médiocre en matière de droits de l’homme. Durant toute de la période précédant le combat, des accusations de “ sportswashing “ ont été lancées pour dénoncer cette pratique de camouflage politique dont la ville de Diriyah, site du patrimoine de l’UNESCO, profite à chaque gros événement. Avant le combat, Anthony Joshua et le promoteur Eddie Hearn avaient ignoré les inquiétudes soulevées par Amnesty International à ce sujet et rien dans l’attitude générale ne semblait affecter par ce problème.

Photos: Global Look Press / Oliver Weiken/Gettyimages/Reuters/Hassan Ammar/Associated Press

Revenons quelques mois en arrière, à New-York dans la salle du Madison Square Garden ou contre toute attente le remplaçant au pied lever de Jarrel Miller challenger du champion britannique contrôlé positif à deux reprises, l’américano-mexicain Andy Ruiz a levé l’affront de la plus belle des manières en perturbant l’une des lois les plus indomptables de la boxe qu’un bon grand combattant puissant bat généralement un adversaire plus petit et moins affûté en apparence. Le champion sortant avait pourtant bien débuté leur duel, en envoyant son adversaire, au léger embonpoint, au tapis dès la 3e reprise. Mais Andy Ruiz est un coriace et a aussitôt réagi avec brio. Plus en jambes que son adversaire, rapide et très agressif, il a cloué Anthony Joshua au sol à deux reprises, avant même la fin du 3e round, devant un Madison Square Garden médusé. Andy Ruiz a causé une immense surprise à New York, cet américain d’origine mexicaine peu connu a terrassé le détenteur des ceintures WBA/IBF/WBO par arrêt de l’arbitre au 7e round. Un premier combat aux États-Unis et un premier revers pour Anthony Joshua qui concède la première défaite de sa carrière. C’est peut-être l’une des surprises les plus retentissantes de l’histoire de la boxe ! Anthony Joshua, considéré comme l’un des meilleurs lourds en activité, sinon comme le meilleur, est tombé de très haut et a sérieusement écorné sa réputation. Le Britannique, champion olympique en 2012 à Londres, a été envoyé comme même à quatre reprises au tapis par Andy Ruiz dans un combat dont il était pourtant le grandissime favori. Loin d’être une victoire imméritée, ce soir le challenger a été au-dessus du lot dans ce choc avec un technique parfaite et des coups ciblés.

L’effet boomerang

L’entourage d’Andy Ruiz avait suggéré que la prise de poids spectaculaire de leur homme avait été un stratagème prudent pour submerger un Anthony Joshua amaigri. Les preuves ont montré que ce n’était rien de tel, là où le britannique était agile et souple, son rival avait l’air d’une ombre pesante de lui-même, confirmant les craintes que la victoire de sa vie ne l’ait conduit à se livrer à des excès.

Photos: Global Look Press / Oliver Weiken/Gettyimages/Reuters/Hassan Ammar/Associated Press

Contrairement au Madison Square Garden, Anthony Joshua n’a pas été intimidé par l’impact. Il est bien pus léger sur ses pieds, restant sensiblement hors de portée de son adversaire et résistant à tout balancement fou. Au début de chaque round, Andy Ruiz bondissait, cherchant à administrer le coup décisif, mais Anthony Joshua refusait toujours de se laisser entraîner dans des échanges meurtriers. Il coupa même Andy Ruiz, le sang coulant du dessus de l’œil gauche après une bonne droite. Le plan conçu par l’entraîneur Rob McCracken a été rapidement récompensé, alors qu’il attendait le bon moment pour libérer son pouvoir destructeur. Mais le problème est qu’Andy Ruiz présente a une belle capacité à absorber la punition la plus effrayante, avant de riposter avec une série de bombardements dont il a le secret. Cela s’est donc avéré en essayant d’attirer le britannique vers lui affrontant sa tête pour lui donner une blessure correspondante.

Quelle que soit la tactique que qu’Andy Ruiz ait essayé – que ce soit une séquence de coups rapides ou quelques droits de balayage – Anthony Joshua avait une réponse, à un moment donné, tirant la langue vers le champion pour montrer qu’il était dans l’ascendant. Toutefois, brièvement quelques moments assez chauds qui se sont transformés en une bagarre, avec un Andy Ruiz perturbant l’anglais avec des frappes astucieuses à l’arrière de la tête, mais ce dernier savait très bien qu’il était en avance sur les points. Il était de plus en plus évident que l’américano-mexicain ne prendrait sa gloire qu’avec un K.O, mais Anthony Joshua, qui a passé des mois à sélectionner des partenaires d’entraînement qui refléteraient le style de son adversaire trapu, a veillé à bien verrouiller son jeu afin qu’il n’y ait aucun moyen de passer.

Andy Ruiz devenant désespéré, Anthony Joshua, en modèle de sagesse savait qu’il n’avait besoin que de forcer plus pour sceller une victoire décisive. Andy Ruiz le sentit alors que l’horloge tournait, faisant signe à Anthony Joshua de combattre de près. Le britannique sourit simplement en réponse, conscient que la stratégie de fermeture de son adversaire avait fonctionné mieux que quiconque avait osé l’espérer. Comme les juges ont confirmé l’inévitable, le manager et promoteur Eddie Hearn qui avait chanté que son boxeur avait été radié. C’était un non-sens, bien-sûr : Anthony Joshua a longtemps confirmé que l’être appartient au sommet du monde. Et après cette exposition de son côté plus clinique, on soupçonne qu’il est là pour rester.

Photos: Global Look Press / Oliver Weiken/Gettyimages/Reuters/Hassan Ammar/Associated Press

Fidèle à une promesse d’avant-combat, Anthony Joshua a refusé de célébrer sauvagement, se contentant plutôt d’un sourire de justification silencieuse. La marge de victoire sur les cartes, avec deux juges marquant en sa faveur 118-110 et l’autre 119-109, ne le flattait nullement. L’intention dans le camp d’Andy Ruiz est d’étendre cette rivalité en une trilogie, mais c’est une invitation à laquelle le britannique, qui a plus que doublé sa valeur nette en 36 mn, peut se permettre de résister. Il a souligné ici que sa défaite choc il y a six mois, le seul défaut de sa carrière professionnelle, était une aberration qui n’aurait jamais dû se produire.

Cela signifie qu’Anthony Joshua tout juste auréolé de ses quatre titres de poids lourds WBA, IBF, WBO et IBO n’est que le quatrième homme dans les 127 ans d’histoire du titre mondial des poids lourds à réussir à récupérer leur titre dans un match revanche direct, des 10 combattants qui l’ont tenté : Floyd Patterson, Muhammad Ali et Lennox Lewis sont les autres. Désormais, il devra se débrouiller intelligemment pour se rapprocher de Muhammad Ali et de Lennox Lewis dans le panthéon.

„Les trois mois de fête m’ont affecté. J’aurais dû m’entraîner plus dur. J’ai pris trop de poids et je n’ai pas pu lancer mes combinaisons. Mais je ne veux pas donner d’excuses. Je crois que je l’ai blessé quelques fois, mais il a super bien boxé“ constatait un Andy Ruiz réaliste

Photos: Global Look Press / Oliver Weiken/Gettyimages/Reuters/Hassan Ammar/Associated Press

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*