ART:  Le geste salutaire et artistique de Guy Stanley Philoche

La pandémie de coronavirus a affecté de nombreuses personnes de manière sans précédent non seulement physiquement et financièrement, mais mentalement et émotionnellement. Les gens ont du mal à conserver leur emploi, à nourrir leur famille et à comprendre comment ils vont payer leurs factures. Le monde artistique et créatif est particulièrement touché. Souvent, les œuvres qu’ils vendent sont considérés comme des produits agréables à avoir plutôt qu’essentiels. Beaucoup ont été témoins d’une forte baisse de la demande et c’est pourquoi le peintre Guy Stanley Philoche, star du monde de l’art new-yorkais dont les propres toiles abstraites se vendent jusqu’à 100 000 dollars pièce, a décidé d’intervenir et d’aider les artistes créatifs à payer leurs factures. L’information a vite fait le tour du monde, et le peintre basé à Harlem a déjà dépensé plus de 65 000 dollars pour ses collègues artistes dans l’embarras. Guy Stanley Philoche, a connu une année très réussie et son exposition d’art à guichets fermés de mars dernier confirme cette dynamique. À la fois chanceux et privilégié, il envisage pour se faire plaisir de s’offrir une belle montre de luxe. Mais lorsque la pandémie COVID-19 frappe, le peintre a une pensée pour tous les artistes en difficulté qui n’ont pas eu cette chance. 
C’est à ce moment-là qu’il décide d’utiliser l’argent qu’il avait gagné pour acheter des œuvres d’art aux collègues en situation difficile.

Photos : AP/Zspop Editing/AFP/Guy Philoche/DR

Il abandonne donc ses rêves de Rolex pour se lancer dans un autre type d’achat, appelant via son compte Instagram fin mars tout artiste ayant des créations à vendre. Un changement de conduite salutaire qui a fait de suite écho. Les soumissions sont arrivées par centaines à la fois et des recommandations sur les personnes auprès desquelles Guy Stanley Philoche devrait acheter des œuvres d’art ont également inondé sa page. Depuis, il a acheté pour pas moins de 65 000 dollars de peintures, sculptures et photographies à plus de 150 artistes du monde entier, dont beaucoup en situation précaire en raison de la pandémie. En outre, il a l’intention de continuer aussi longtemps qu’il le peut, et par lien de causalité, ses propres clients en ont pris note en lui demandant de faire des achats en leur nom également.
Je veux juste dire à tous mes amis artistes en ce moment, je cherche à acheter autant d’œuvres d’art que possible. Je veux juste faire ma petite part“, a déclaré l’artiste.
„L’art m’a sauvé la vie et j’ai une dette que je ne pourrais jamais rembourser, mais je me suis aussi fait la promesse qu’à chaque fois que je vendrai un tableau, j’achèterai un tableau“, a t-il promis
Guy Stanley Philoche recherche surtout des œuvres qui lui plaise dont les prix oscillent de 300 dollars à 500 dollars partout dans le monde. La belle œuvre abstraite en techniques mixtes de l’acteur Michael Shannon, son voisin de studio fut son premier achat.
„C’est assez inconnu. Il y a plus de nature compétitive entre les artistes que de s’entraider littéralement, donc c’est complètement à l’envers par rapport à ce que la plupart des artistes font les uns pour les autres“, a déclaré Michael Shannon.
La moitié environ des artistes qu’il choisit sont des personnes qu’il connaît, dont beaucoup sont issus de New York. D’autres lui font parvenir des messages directs sur Instagram avec des exemples de travail dans l’espoir d’être élu.

Un juste retour des choses

D’origine haïtienne Guy Stanley Philoche, a immigré avec ses parents dans le Connecticut à l’âge de trois ans. En tant qu’enfant du milieu de trois garçons et issu d’une famille passionnée de sport dont il ne partageait pas la passion, le jeune Guy Stanley s’est tourné vers l’art comme vocation. Tout en restant proche de ses racines haïtiennes, il était le seul fils à renverser la tradition de sa culture pour prendre son envol seul dans son coin. Fréquentant d’abord le Paier College of Art avant de passer par la célèbre université de Yale, il s’est imposé très vite comme une force à surveiller sur la scène artistique.
Durant le confinement, il a tapissé les murs de son petit appartement avec sa collection en jouxtant ses travaux multiples allant  du portrait inspiré au graffiti et au pop art à la mode graffeur.

Photos : AP/Zspop Editing/AFP/Guy Philoche/DR

Les toiles éclectiques et uniques de Guy Stanley s’achète jusqu’à 125 000 dollars pièce. Souvent fantasque, il a également réalisé des tableaux inspirés du Monopoly et d’autres jeux de société, ainsi que des bandes dessinées comme Charlie Brown.
Parmi ses clients : Deutsche Bank, Merrill Lynch et Barclay Investments Inc., ainsi qu’Uma Thurman, George Clooney, Julian Schnabel…
Soutenir d’autres artistes a toujours été dans les gènes de Guy Stanley Philoche, et ce bien avant la pandémie. Il essaie de s’en tenir à une règle simple pour soutenir d’autres artistes : vendre un tableau, acheter un tableau. Mais c’était une rencontre fortuite avec deux amis artistes dont un ayant un bébé en route, inquiets de la courbe épidémique qui l’a mis dans sa frénésie d’achat pandémique.
Son bouledogue français fougueux Picasso à ses côtés, ce fan de Basquiat  se souvient de ses débuts maigres à New York après s’être mis à l’école d’art tout en travaillant à plein temps comme barman.
„Les gens ne m’ont pas ouvert les portes. J’ai dû entrer dans la pièce par la porte arrière ou par la fenêtre“, dit-il en riant. „Mais maintenant que je suis bien ancré dans la salle, avec un siège à table, je dois ouvrir des portes à ces artistes.
Ce n’est pas une question d’argent, il s’agit vraiment de donner à ces personnes en difficulté un vote de confiance, car en ce moment nous sommes dans une période où les gens ne rêvent plus“, atteste l’artiste de Harlem.
Guy Stanley Philoche garde une soixantaine de pièces de son art acheté dans son appartement. Le reste est en stock, prêt au turn over. Son objectif est de continuer à éclabousser des morceaux de couleur sur une industrie qui connaît une année sombre.

Photos : AP/Zspop Editing/AFP/Guy Philoche/DR

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

*